vendredi 4 mars 2011

Ce soir faites-vous un film...


174 commentaires:

  1. "Arrête de faire ton cinéma!" m'avait elle dit avant de me claquer la porte au nez.
    Depuis, nous ne nous sommes pas revus.

    Alors comme toute pellicule, sans bobine je me sens paumée. Je suis allée à Cannes et t'ai cherché marche après marche.

    Sache que si l'on se retrouve je ne te ferai plus de scènes, et on ne jouera plus la comédie. On vivra pour de vrai, ici, simplement, sans effets spéciaux ou 3D pompeux . Nous ferons de notre vie un infini métrage sans clap de fin, juste toi et moi pour l'éternité.

    Warner

    RépondreSupprimer
  2. Femme voyant la vie en technicolor cherche à trouver son héros pour partager tous les matins du monde.

    RépondreSupprimer
  3. la grande sauterelle7 mars 2011 à 02:34

    Sirène du Mississipi attend Jules et Jim en eaux troubles pour quatre cents coups et rencontres du troisième type.

    RépondreSupprimer
  4. Chère bête humaine, mon arrière-train sifflera trois fois pour que tu viennes. A la quatrième, je partirai avec le chef de gare.

    RépondreSupprimer
  5. Bobine poussiéreuse et impatiente recherche projectionniste ambitieux et vicieux pour rembobinage-éclair dans l'obscurité d'une salle discrète. Spécialiste Super-8 auditionné sur références uniquement. S'adresser à : tri-pathé-moi-la-pellicule@le-trou-noir.com

    RépondreSupprimer
  6. A bobine poussiéreuse : Adèle H, spécialiste projections en 4D, solides références,souhaite changer de bobine.Une préférence pour pour celles du temps des Lumière. En cas de déchirure, je me charge personnellement de combler les vides.Contacter é-pathé-moi@écran-vide.com

    RépondreSupprimer
  7. version fétichite :
    "grand blond avec une chaussure noire cherche comtesse aux pieds nus pour prendre son pied"

    version sm
    "le petit lieutenant cherche la petite voleuse pour la punir bien comme il faut"

    version romantique
    "little big man cherche little miss sunshine pour ensoleiller ses nuits"

    version bestiale
    "Coyote girl cherche Tigres et dragons pour danser avec les loups et vivre des amours chiennes"

    version angélique
    "L'ange bleu cherche les ailes du désir pour vivre la vie rêvée des anges"

    version directive
    "Quitte ta route de Madison et viens te perdre sur ma Lost Highway"

    RépondreSupprimer
  8. Clap de fin sur le clip de nos je t'aime moi non plus.
    Te propose de prendre de la profondeur de champ, surfer sur la nouvelle vague, et dans la nuit américaine, jouer l'oncle d'Amérique, faire les quatre cents coups, simlement être un homme et une femme.

    RépondreSupprimer
  9. Urgent ! ch. homme au regard esthète qui m'a un jour dit :
    "Osez Joséphine, la Danse des Mots,
    C'est comme ça, sur ce Cargo de Nuit, que nous serons Tandem
    Et chasserons l'Ennemi dans la Glace."
    Dorian pour JBM

    RépondreSupprimer
  10. Accessoire bon chic bon genre, cherche membre sensuel pour l'enfiler avant effeuillage glamour sur air de Put the blame on Mame
    Gilda

    RépondreSupprimer
  11. A Adèle H. :

    Bobine dépoussiérée remercie sa projectionniste délurée pour son intervention lumineuse. Déchirures en voie de guérison. Cicatrisation lente. Rétablissement en douceur. Vides toujours ... intermittents (du spectacle). Palmarès vierge. En attente de couper-coller.

    RépondreSupprimer
  12. Sachet de pop-corn taille XXL cherche 4 mains poisseuses pour brassage intense et 64 dents solides pour mastication bruyante. S'adresser au distributeur à droite de la caisse.

    RépondreSupprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  14. Jeune premier, héros du remake de Courage Fuyons ! cherche doublure aux multiples talents pour donner réplique à partenaire féminine ayant dépassé la dlc. Imagination et endurance es galipettes vivement souhaitées.

    RépondreSupprimer
  15. Black Swan recherche deux petits chaussons de satin blanc pour franchir avec eux les feux de la rampe.

    RépondreSupprimer
  16. Ch. monteuse experte aux doigts agiles pour transformer Nuits Blanches à Seattle en Chevauchée Fantastique

    RépondreSupprimer
  17. Jeune femme fantasque et délicieuse, ayant tendresse marquée pour nain globe-trotter, offirait volontiers son coeur à qui saurait la conduire à cet obscur objet du désir qui teinte ses nuits d'ivresse printanière.
    RDV place des Abbesses,
    Amélie

    RépondreSupprimer
  18. Main baladeuse aux doigts agiles, échappée de la famille Adams, cherche manchot solitaire pour en faire sa Chose. Lui fera manger dans sa main pop corns XXL.

    RépondreSupprimer
  19. Anonyme ou presque ...14 mars 2011 à 15:54

    Chère pellicule Warner ...
    En déroulant le film de notre histoire, tu n'as pas prêté attention à mon centre de gravité et m'as laissée tomber...
    Depuis je chute sans fin du haut des marches et heurte à l'infini le pavé ...
    Rattrape moi s'il te plait, avant qu'un clap de fin ne s'invite dans l'aventure et ne transforme la love story en psycho-drame.
    Pour toutes les projections futures...
    Ta bobine

    RépondreSupprimer
  20. Navet baignant dans sa soupe aux choux soupire après César et aimerait recevoir invitation à la table des grands pour une grande bouffe.
    Transmettre à Nanarland

    RépondreSupprimer
  21. Poulet à bout de souffle cherche la petite sirène qui saura lui redonner le goût des autres.me

    RépondreSupprimer
  22. Esquimau au chocolat cherche esquimau à la vanille pour se laisser emporter sur les ailes du désir au fond d'une salle obscure.

    RépondreSupprimer
  23. Nous, Bonnie et Clyde donnons RV à Sailor et Lula, Jules et Jim et Thelma et Louise pour rejoindre la horde sauvage. Par ailleurs, étudions tout projet de chevauchée fantastique.

    RépondreSupprimer
  24. Poupées russes ayant un air de famille cherchent à Paris auberge espagnole pour peut-être endiguer le péril jeune.

    Amateur de Klapisch bienvenu. Ni pour, ni contre (bien au contraire)

    RépondreSupprimer
  25. j'adore la première annonce de monsieur bruno. s'il a un ticket, je me fais un cinoche avec lui. les yeux en l'air, et droit devant nous à rêver la vie qu'on aura pas ensemble. réponse urgente et dédicacée évidemment !

    RépondreSupprimer
  26. Anonyme ... ou presque ...15 mars 2011 à 11:06

    à "Fan de Bruno" ...
    Sur la toile ici ou ailleurs, une pellicule n'est faite que pour enrouler de son etreinte une seule et unique bobine ... et inversement ...
    Sinon ça fait des nœuds et des crises de nerfs en salle de montage ... et fini la Belle Histoire ...
    Bobine

    RépondreSupprimer
  27. Nous n’irons plus pour un temps je le crains nous retrouver au Pays du Soleil Levant, nous asseoir à l’ombre du cerisier en fleurs, nous réjouir du vol élégant des grues , voir Hiroshima, mon amour et nous émerveiller une fois encore de la légende de l’arbre aux mille écus.
    Un tremblement de terre et le grand bleu s’est transformé en marée noire, dévastant tout sur son passage, l’Aiguillon de la Mort Invisible a frappé au Pays du Soleil Levant.
    Te souviens tu ? nous étions les enfants du Paradis, aujourd’hui c’est l’Enfer, le générique de fin d’un monde animé.
    Dans la salle obscure la lumière reprend peu à peu sa place, sur mon siège j’ai la haine de n’être pas un amour de sorcière ou Merlin l’enchanteur, pour d’un coup de baguette magique changer le cours des choses.
    Mon amour d’au-delà des mers, de battre mon cœur s’est arrêté.

    RépondreSupprimer
  28. Jeune fille blasée cherche beau garçon qui lui fasse de l’effet spécial en sortant le grand jeu, par exemple : aller à Deauville faire la planche, décrocher des étoiles et enfiler des palmes d’or.

    RépondreSupprimer
  29. Juliette à bout de souffle à cause d’histoires non sous-titrées compliquées cherche un Roméo pour vivre un blockbuster, version pas trop originale. Laisse carte blanche pour le montage, pourvu que les bruitages ne soient pas coupés.

    RépondreSupprimer
  30. Super héros dans l’air du temps cherche histoire en 3D : Disponibilité, Divertissement, Désir. Happy end prévisible mais non moins désirée. Intellos s’abstenir.

    RépondreSupprimer
  31. Cléopâtre a perdu son César et souhaite vivement le retrouver pour rester fidèle à leur postérité.

    RépondreSupprimer
  32. Femme lassée des « Silence, on coupe ! » balancés en coulisses bobines retroussées se déclare prête à renier ses critères de beauté et à s’amouracher d’un homme à pellicules pour que, sur le devant de la scène, l’aventure ne s’arrête jamais. Rencontre séance tenante.

    RépondreSupprimer
  33. Lettre d'une sorcière inconnue17 mars 2011 à 05:21

    Si ton coeur de battre s'arrête pour ton amour d'au-delà des mers, si tu perds le goût du thé, l'île sous le toit du monde sombrera plus encore et l'arbre aux mille écus, qui est un et pourtant deux parce que tu l'as rêvé,oubliera sa légende et mourra à jamais. Les lumières de la ville ont fait place aux lucioles mais Shihiro t'attend pour refaire le voyage. Remonte sur le Black Pearl, d'autres pirates t'y attendent pour voguer avec toi sur le cinquième élément bien au-dessus du grand bleu. Je serai la fille sur le pont, visible et invisible, comme l'espoir aux mille visages. Cherche-moi.

    RépondreSupprimer
  34. Fan de Fan de Bruno17 mars 2011 à 13:45

    @ Fan de Bruno,
    Touché par ton enthousiasme,je t’accueillerai à bras ouverts. A toi, je conterai tous les secrets qui font le charme troublant des salles obscures, du 1er baiser à la 1ere caresse, voire plus osée, les mots chuchotés, les suçons échangés, les frissons propices au rapprochement, les folies douces que l’on fait à deux en retenant son souffle, les larmes de joie ou de peine, je te raconterai tous les films et te bercerai de toutes les musiques. Pour toi, j’oserai sortir du rang et nous irons où tes pas te porteront, vers l’infini des étoiles dans tes yeux. Et lorsque tu seras fatiguée, sur moi tu pourras te reposer, promis : je te soutiendrai toujours dans tes moments de faiblesse. Qu’en dis tu ?

    Ton ami le fauteuil (13e rangée, 7e siège)

    PS : as-tu remarqué comme je suis prompt à me redresser ?

    RépondreSupprimer
  35. Anonyme ... sans frime17 mars 2011 à 13:55

    @ Anonyme … ou presque

    Diable ! il me faut revoir mes classiques : moi qui croyait qu’une pellicule pour avoir du sens devait passer d’une bobine à l’autre a fortiori si elle a l’âme voyageuse… ah décidément, les temps ont bien changé depuis l’entrée du train en gare de la Ciotat.

    Louis L.

    RépondreSupprimer
  36. Anonyme ... ou presque ...17 mars 2011 à 14:43

    @ Louis L.
    Certes ... mais les temps ont changé depuis cette fameuse gare ... TGV, téléportation, virtualisation, 3D... et les histoires, désormais dignes de roman de SF, permettent aux bobines amoureuses de ne se laisser maintenant embobiner que par une seule pellicule ... à la fois ;-)
    @ Fan de Bruno
    Les trios amoureux ne sont que trop exploités sur nos écrans. Et même si la proposition indécente est tentante, j'ai la faiblesse de n'aimer m'aliéner qu'à une seule histoire ... à la fois.
    Bobine
    Bobine

    RépondreSupprimer
  37. Louis L., amusé17 mars 2011 à 22:21

    @ Anonyme ... ou presque

    Chère demoiselle, il y a erreur du sens de lecture. Rembobinez et vous verrez que ma remarque porte sur le besoin de la pellicule d'aller de bobine en bobine pour raconter son histoire et avoir pleinement son sens. Nul doute qu'une bobine ne se satsifasse d'une seule pellicule ... de mon temps déjà !
    Aaaaah, la fougue de la jeunesse !

    RépondreSupprimer
  38. De Barbare à Barbara :

    Effet spécial très, très spécial cherche jeune fille blasée pour lui faire oublier beau garçon prometteur et illusionniste. Grand jeu garanti : planche en latex, godes-étoiles cloutés et palmes-menottes en fourrure rose.

    RépondreSupprimer
  39. De Bruiteur à Juliette :

    Chuchoteur de mots doux cherche héroïne essoufflée pour doublage de haut vol entre balcons et orchestres. Laisse carte noire pour un baiser nommé désir.

    RépondreSupprimer
  40. De Gaspard à Barbie 3D :

    Superbe Eros, l’air de rien, cherche scénario sans queue ni tête. Scènes torrides recommandées. Barbies (rella) s’asbtenir.

    RépondreSupprimer
  41. Concerne avis de recherche Barbara entre Alexandrie et Lutèce.

    César est au palace. S’adresser à Brutus pour retrouver les morceaux éparpillés aux quatre coins des lieux. Pour la postérité, s’adresser à Marc Antoine. Pour la fidélité, ne pas s’adresser à Cléopâtre.

    RépondreSupprimer
  42. Réponse à Barbara un peu échevelé.

    Homme chauve sourit à l’annonce de barbe à rats et recherche shampooing pelliculaire pour embobiner lassitude et beauté fatale. Se déclare prêt à renier ses critères d’intelligence émotionnelle pour remplir une gourde afin qu’à la fin elle se dévoile. Rencontre avant dernière séance.

    RépondreSupprimer
  43. à bruno et bobine, si vous voulez que je vous embobine ; c’est facile, je mettrai des gants au besoin pour ne pas abîmer les pellicules fragiles que sont les membranes viriles d'un cinéma où les hommes sont forcément des héros. et cela fait 100 ans que cela dure, non l'histoire ne se finit jamais. Pour entrer en salle, faut quand même avoir le ticket alors amateur...faites signe

    RépondreSupprimer
  44. Je ne suis qu'acteur de ma vie , et c'est déjà beaucoup ! je ne suis que le héros de mon quotidien! Et c'est pas mal non plus. Alors comment te dire sur un écran qui éponge toutes les conneries de ce monde en noir et blanc que je cherche celle qui me donnerait la réplique pour continuer à vivre, à croire , à espérer que la vie n'est qu'une prise de vue !

    RépondreSupprimer
  45. Miss Exigence perplexe,18 mars 2011 à 05:31

    @ Fan de Bruno

    Au secours ! Je perds le fil (à défaut) du chat: hier Anonyme ... ou presque répondait à une de tes annonces qui désormais est à aujourd'hui ? La machine à remonter le temps serait donc bien réelle, direction Back to the Futur ? ou alors sommes nous le jouet d'une grande illusion ?

    RépondreSupprimer
  46. Cinéphiles de tous pays, unissons nous ! signons la pétition pour la libre circulation des pellicules .
    Viva le cinema libre et indépendant !

    RépondreSupprimer
  47. Anonyme ... ou presque ...18 mars 2011 à 07:30

    @ Louis L.
    Comme quoi, même à une Bobine, il est permis de lire à l'envers et de réver, en cinémascope, à des jours d'infini fidélité ... Révons, révons...cela n'empéchera pas les pellicules de tourner ...
    Bobine

    RépondreSupprimer
  48. Louis L. des étoiles plein les yeux ...18 mars 2011 à 09:11

    @ Anonyme ... ou presque ...
    et la pellicule tournera, racontera des histoires devant un public émerveillé, impressionné, des étoiles plein les yeux, couleur de l'argent, couleur pourpre du temps des amours innocentes... jusqu'au jour où ...

    A vous, jeune Bobine d'écrire la suite du scenario,
    votre Louis L.

    RépondreSupprimer
  49. Miss Exigence, mais le cinéma, c'est cela! Et nous allons, si vous le voulez bien, nous faire le meilleur film avec ces acteurs et actrices qui attendent une réponse , prêts à tout, pour figurer dans notre montage. Embobinons quelques uns, réservons des places, surtout ce soir, il pleut...qu'allez vous voir miss exigence ?

    RépondreSupprimer
  50. Miss Exigence ... de tous côtés...18 mars 2011 à 12:09

    We want sex ... equality, bien sûr !
    Le diable au corps, je serai Don Juan au féminin voire le repos du guerrier jusqu'à l'empire des sens et qu'importe la chute ou la noisette du dernier tango, la distribution est ouverte pour une représentation en avant première.
    Le programme plait il à Fan de Bruno, de sa machine à remonter le temps ?

    RépondreSupprimer
  51. Resquilleur mal habitué cherche longues files d'attente pour s'attirer récriminations et reproches. Bagarres et cascades garanties. Mauviettes s'abstenir.

    RépondreSupprimer
  52. Baghera sur un toit trop brûlant19 mars 2011 à 05:23

    Cougar lassée des minets matois et autres aristochats cherche guépard raffiné ou roi lion pour caresses de velours et hakuna matata. Tigre du Bengale et Raminagrobis s'abstenir.

    RépondreSupprimer
  53. A la Fille sur le Pont,
    mon ame est restée sur les flancs de la Montagne d'Argent au Pays de Ponyo, pourtant mes yeux ne cessent de chercher trace d'un amour de sorcière, étoile des Caraibes, sur l'écran de mes nuits blanches. Partir, revenir ... je ne sais plus. Saurais tu me la jouer plus belle, la vie ?
    Je te cherche, trouve moi stp que je sache enfin si pour nous ce sera noce blanche ou les noces funèbres.

    RépondreSupprimer
  54. La fille sur le pont19 mars 2011 à 10:02

    A solitaire dans sa forteresse cachée : Je suis piqueuse d'étoiles au quartier de lumière et j'ai l'amour sorcier. Si tu veux me trouver, sors de ton château dans le ciel, monte sur la dernière licorne et rejoins-moi sur le pont. Je te montrerai comment, avec l'épée de lumière, combattre le cortège aux cent démons. Entre nous, pas de noces de sang, mais si tu le veux, nous écrirons ensemble un romancero de la lune.

    RépondreSupprimer
  55. Parole en soif de liberté cherche bande son pour taper l'incruste et donner de la voix à pellicule en manque de souffle.
    Erato humanum est

    PS : pellicule embobinée s'abstenir

    RépondreSupprimer
  56. A Barbaratineur :
    Il semble y avoir un malentendu. Oublions Deauville, ses planches de saluts et ses godes rêches : je préfère une histoire en Rome antique pour ses batailles contre la gaule et sa philosophie platonique. Même un homme des tavernes me conviendrait davantage qu’une étoile filante trop super-ficelles. Ceux qui n’ont à offrir que sexe, mensonges et vidéo, passez votre chemin !

    RépondreSupprimer
  57. A bruiteur de ma vie :
    Il semble que ce soit mon jour de chance ! Tout le monde dit I love you et maintenant moi aussi : homme qui murmure à l’oreille des chauds vœux, je t’aime déjà. Je suis prête à voltiger dans les balconnets et nous ferons dans la dentelle, pour n’épuiser ni les baisers ni le désir. Je veux vivre une histoire sans fin.

    RépondreSupprimer
  58. A l’indic’tionnaire :
    Que lis-je ? César serait en morceaux ? J’ai pourtant formellement interdit à Brutus les massacres à la tronçonneuse ! J’aurais préféré un petit meurtre entre amis, ou à la rigueur, un crime dans l’Orient Express, ça aurait évité d’avoir encore un mort sur le Nil… Pour me consoler, il ne me reste qu’à prévoir quatre mariages… et un enterrement.

    RépondreSupprimer
  59. Au chauve qui peut :
    Super 8 ! Voilà qui met du poivre et sel dans ma vie… parfait pour donner du goût aux calottes râpées ! Mais de quelle gourde parlez-vous ? Ne me prenez pas pour une cruche, je ne suis ni une potiche ni une poupée russe à qui on roule des pellicules comme ça ! Sachez qu’avant tout film, il y a un temps pour la réclame ! Quoi qu’il en soit, ne reniez pas vos émotions, même si les émotifs anonymes en ces temps qui courent ont plutôt du succès. Je serai votre public, créez une œuvre dare-dare !

    RépondreSupprimer
  60. un admirateur de barbara22 mars 2011 à 12:16

    A barbara, véritable étoile des mots pour grand écran, irrévérencieuse à souhait et créative. Une future nomimée j'espère mais avant, je voudrais vous voir jouer tous les rôles, extérieurs, intérieurs, intimes ou publics, vous semblez douée au delà des mots et vos textes ouvrent à bien des scénarios...faites nous un pitch..J'attends impatiemment ! car à défaut de vous rencontrer, j'ai trop envie de vous lire, quitte à râter la dernière séance...un admirateur...

    RépondreSupprimer
  61. Une étoile dans le ciel a filé,
    Le charme de ses yeux violets
    Eclaire désormais la voix lactée
    Monstre sacré du cinéma
    Qui longtemps se souviendra
    De la chatte sur un toit brulant
    Moi je l'ai simplement aimée
    Soudain l'été dernier
    En mégère apprivoisée
    Amie de Montgomery Clift
    Qui a peur de Virginia Woolf.
    ... Hélàs, le miroir se brisa
    et mon coeur aussi. Ciao Bella !

    RépondreSupprimer
  62. au vu de la petite annonce du solitaire, vraiment solitaire le solitaire , comme un vers avec un s ou sans , car sinon on prend verre , et là tout change . Et des verres , ils en boivent , ils en cassent au cinéma !
    alors de toutes les scénaristes de ce blog, j'ai choisi barbara pour lui proposer un verre cinématographique afin de laisser libre court, l'espace d'un commentaire, son esprit rebelle, parce que après le ciné : on fait quoi...moi je vous le demande. la révolution ou pas ! on en rêverait de barbara bien sur, et en pleine révolution...

    RépondreSupprimer
  63. A Anonyme

    Que de cruauté !

    RépondreSupprimer
  64. Mme de Merteuil23 mars 2011 à 11:55

    Cher Valmont alias Gaspard, je te croyais de l'étoffe des héros et te voilà addicted to love et à bout de souffle. Allez, rentre à la maison, j'ai rétréci les gosses et je me suis habillée en Prada pour qu'on danse un dernier tango dans le désordre et la nuit.
    Dangereusement tienne.

    RépondreSupprimer
  65. Vous avez un message ...

    Porté disparu, parti jouer au Pokemon, répondrai à votre message à mon retour en 2028.

    RépondreSupprimer
  66. La chatte sur un toit brulant23 mars 2011 à 16:04

    Mercredi 23 mars,

    Partie sans laisser d'adresse pour la nuit des morts vivants.

    RépondreSupprimer
  67. Inconnu à cette adresse !

    RépondreSupprimer
  68. Mme de Merteuil est attendue à St Cyr.

    RépondreSupprimer
  69. Cougar sur un toi émoi24 mars 2011 à 03:42

    A roi-lion : Prête à faire le voyage back to the future et à troquer mes parties fines contre une fin de partie avec toi. Prenons enfin la mort aux dents et allons au bal où je ferai pire que te vamper en toute épate de velours.

    RépondreSupprimer
  70. Cougar sur un toi émoi24 mars 2011 à 03:52

    A roi-lion : Prête à faire le voyage back to the future et à troquer mes parties fines contre une fin de partie avec toi. Prenons enfin la mort aux dents et allons au bal pour que je t'y vampe en pire, en toute épate de velours.

    RépondreSupprimer
  71. Réponse écrite sous barbarituriques.

    Chère Judith,

    Ta réponse en-trop-ô-logique m’a rudement chatouillé les entrailles. Eviscéré d’humour, je trépasse sur ta filmographie empruntée à torts et à cris.

    A ton crédit, tu as tout pour plaire. Quand je te lis aujourd’hui, fleur bleue dans un champ de rouge et de noir, je retrouve enfin la fille de 15 ans. Celle qui m’a emBambiné avec ses yeux de faon. Tu me susurrais «Parlez-moi d’amour », dans mon coin je bichais, éperdu, un rien é-cerf-velé. La preuve, je n’ai pas vu que notre home sweet home devenait une auberge espagnole. Entropie d’un fiasco amoureux : toi, plus moi, plus tous ceux qui sont dans notre lit.

    Alors, tu vas rire mais je te quitte !

    RépondreSupprimer
  72. A voltigeuse de ma vie :

    Tu dis I love you et j’expire in love. Du balconnet au pigeonnier, je fuse en bulles qui éclatent en soupirs de désir. Un néo-Roméo prêt à monter dans les aigus de la passion. Dans telles circonstances, notre amour est en soie ni court, nylon. Nous sommes faits lin pour l’autre. Pour l’éternité

    RépondreSupprimer
  73. A Barbara Christie.

    César en morceaux ! Décidément, tu es prête à croire n’importe quelle salade ! Du moment qu’il y a du poireau, je ne peux pas t’en blâmer. Gare aux boeufs-carottes tout de même.

    RépondreSupprimer
  74. A public impatient :

    De graisse, s’il vous plaît, ne m’assaisonnez pas à toutes les sauces !

    Pour que la mayonnaise prenne entre nous, il va falloir mettre un peu d’huile entre deux blancs. Croyez-vous qu’on s’improvise homme lettré sans casser des œufs d’Hype ?

    A l’aide ! Dégourdissez-moi le postiche, arrosez mes cinquante et un pastiches et tirez-moi la pellicule ! Ma bobine, nette, cherra !

    RépondreSupprimer
  75. Billet délicieusement acidulé adressé à Madame la Marquise de Merteuil (à suçoter en Prada)

    Un dernier tango ? Vous tanguez, Marquise. Mais ça marche ! Que valsent les convenances et musardons en musette : votre museau m’amuse.

    Lent, vite, vite, lent. Vous me titillez et je bande aux néons de vos gammes désordonnées. Dédoublons nos scènes torrides. Cascadeuses libertines m'autorisées.

    Présomptueusement vôtre.

    Vicomte - là-dessus - de Valmont

    RépondreSupprimer
  76. Mme de Monoeil24 mars 2011 à 10:44

    Cher Vicomte-à-dormir-debout, je vois trop clair dans vos je interdits et je préfère miser sur l'obscur zobjet de mes délires plutôt que de jouer les Médée. En outre, je ne suis pas une fille d'attente, ma patience est tabou. Alors prenez garde à vos oeux d'hype car je pourrais bien en faire une hommelette ou des je à la diable. Mais je jocasse, je jocasse et je fais attendre mon divin marquis.

    RépondreSupprimer
  77. En regardant mon chien Grand Rex qui sortait de son box office tout joyeux je me disais que j'avais oublié la joie de retourner dans ma salle préférée et du coup répondre à une précédente bande annonce.

    Se projeter n'est pas chose facile. Pourtant je cherche toujours "l'avant première", celle qui précèdera toujours les autres héroïnes et tiendra le tout premier rôle dans ma vie.

    Comment entrer en contact avec toi?

    Warner

    RépondreSupprimer
  78. Anonyme ... ou presque ...26 mars 2011 à 14:46

    Cher Warner,
    Devenez acteur de notre histoire !
    Reprenez le dialogue et réinvestissez-le de sentiments ...
    Répondez aux scénarios envoyés sur l'écran tactile de nos nuits blanches ... Jouez, vibrez, répétez, rejouez, encore et encore ... Laissez la bobine tourner enfin dans le sens de la pellicule ... n'interrompez pas le tournage sur une scène moins brillante ...
    Faites confiance à la scénariste pour trouver un dénouement heureux ... et pour inventer le début d'une histoire sans fin ...
    Ainsi, vous pourrez projeter au futur tous les espoirs révèlés par les courts-métrages passés ... et faire de l'avant-première, la star ultime au firmament de vos rêves ...
    Bobine

    RépondreSupprimer
  79. Hélàs ! pas d'avant première pour Warner. C'est désormais jeux interdits par la distribution.

    RépondreSupprimer
  80. Voir la vie en contre-plongée pour y rencontrer sa sirène et passer du temps en plan fixe face à elle et se dire "silence, on tourne" ... l'un autour de l'autre, en champ puis en contre-champ. Plus de prise de tête mais une prise de vue, celle de se voir en une seule prise ou plus si affinités.
    Warner

    en projection privée sur : mon.film@live.fr

    RépondreSupprimer
  81. Depuis que tu es parti, ma vie c'est l'enfer, je me traine avec peine dans la nuit des morts vivants. Alors je cherche qui saura diriger mon jeu, tout en finesse, tout en tendresse et me redonner le goût des autres.

    www://faismoiunfilm.com

    RépondreSupprimer
  82. Lettre n° 82 adressée en un clin d'oeil !

    Chère Marquise,

    Divin, divin, je vous ai connue moins avenante avec ce bougre de « J’erre-court » ! Comme quoi, gentille n’a qu’un œil.

    Je crains que votre dernier mets-sage ne contienne quelques coquilles. Entre nous, vous brouillez les pistes comme certains les œufs, ma caille. Je risque de vous préférer Bénédicte ou n’importe quelle cocotte ! Notre mime aux amours impossibles en serait cruellement altérée.

    Enfin, je vous recommande de ne mêler le Diable à nos jeux délibérément libertins que si vous cherchez à le tirer autrement queue entre quatre-z-yeux !

    Infidèlement vôtre,

    Vicomte des mille et une nuits

    RépondreSupprimer
  83. Le Joker, back again...28 mars 2011 à 10:48

    Cherche larmes de crocodile pour parfaire maquillage de Don Juan.

    Contacter le-maskarat-la-plume.net

    RépondreSupprimer
  84. Joker ou le tournage de l'impossible ...28 mars 2011 à 10:59

    au Vicomte des Mille et une Nuits et à la Marquise de MonOeil

    Mes chéris, si ma mémoire est bonne, pas de partie fine pour vous sans tierce partie : où diable avez vous donc laissé choir l'ange qu'il vous faut pour un vol assuré sur les ailes du désir ?

    A moins que vous ne préfériez une oie blanche, soyez rassurés, Joker a cela dans sa manche et vous l'offrira au prochain plan... si vos essais sont concluants.

    RépondreSupprimer
  85. Le Joker, à mordre de rire ...28 mars 2011 à 11:57

    @ MAnne

    Ma douce, l'Enfer c'est les autres ! ton cinéma se trompe de genre et prend l'option littérature... Fais donc rature sur les ratés de l'envolé et passe à un autre plan, avec un partenaire haut en couleurs par exemple :)

    Au fait, prendre en référence le goût des autres pour quelqu'un qui se traine parmi les morts-vivants, voilà qui est savoureux. J'adooore !

    RépondreSupprimer
  86. Mme de Monoeil29 mars 2011 à 01:13

    Cher Joker, on n'est jamais déchue avec vous. Votre indécente proposition tombe à pic pour éveiller mes instincts les plus basiques. Je vous l'accorde, il ne faut pas mettre ses eux dans le même panier, surtout s'ils jouent les durs à cuire. Je n'ai guère envie de rejouer il était une oie dans l'ouest, faudrait pas me prendre pour un canard sauvage, mais si vous avez un ange à votre table, et pour peu qu'il ait la beauté du diable, j'accours ! Tant pis si nous y perdons des plumes, nous pourrons toujours les tremper à l'eau de rose ou au vitriol selon notre humeur.

    RépondreSupprimer
  87. Madame de MonOeil29 mars 2011 à 02:44

    Cher Vicomte-Fleurette, je gère court en un mot commençant et en déclin d'oeil, et ne Danceny avec un loup ni avec un masque, juste avec ma plume. Une plume d'enfer, soit dit en passant, qui cherche son plumeau d'or fait pour que ses heures y glissent. Sans retour.

    RépondreSupprimer
  88. Le Joker, en verve et contre tout ...29 mars 2011 à 03:44

    A Madame de MonOeil,

    Très chère, vous répondez à mes espérances : enfin un peu de vie, de pétulance dans cette assemblée qui tend soit à ronronner façon "la nostalgie n'est plus ce qu'elle était" soit à tourner autour d'une scenariste dirigiste dont on ne sait si elle est l'avant première ou la dernière prise d'un distributeur de rêves que l'on voudrait mettre en boîte.

    Qu'ai je caché dans ma manche ? un plein feu d'artifices, une tour infernale (mais si), quelques explosions de rires pour transformer le plateau du tournage en scene de crimes ... quant au tempérament joueur, je me fie à votre esprit ... et plus encore si affinités. Serez vous mon repos du guerrier ou bien, gourmande, vous en faudrait-il 300 pour assouvir vos envies de rebonds ?

    A vous lire ... vite !

    RépondreSupprimer
  89. Le Joker, en terre inconnue29 mars 2011 à 04:02

    Au Vicomte des mille et une nuits,

    eh bien monsieur, qu'avez vous fait de votre plume hier si bien pendue . La Dame de BonOeil attend : soyez le visiteur du soir qui fait son jeu en un birdy poétique.
    A moins que vous n'ayez la pellicule qui pendouille, faute d'avoir assez de bobines pour maintenir la tension. Je n'ose croire que votre imagination n'ait point d'histoire à nous conter : sortez nous le grand jeu ! faites nous votre cinéma et nous serons les acteurs de vos coulisses.

    RépondreSupprimer
  90. A Monoeil de verre à longue vue,
    A Joker en vers et contre moi

    Tout le monde a droit à un joker ! Surtout quand il cherche à me volailler dans les plumes. Après tout, la basse-cour battue est assez grande pour accueillir un renard-tificier prêt à tous les coups lisses. Dégoupille, Goupil !

    Aux dernières nouvelles, ma Marquise se porte bon pied, bon œil - aux aguets ! Elle quand-Cannes à tout va, multiplie les cygnes de jalousie et hurle avec les loups. Gare ou je pousse le masque à radiner mes apparitions.

    Je ne connais pas l’oie du plus fort : dois-je comprendre que vous cherchez à m’eider, à me clouer le bec ou à me gaver ? Auquel cas j’ars-enique la poule-au-pot pour un virgin suicides de palmedoripèdes !

    Ce serait con-stern-ant tout de même…

    Vicomte à dormir debout

    RépondreSupprimer
  91. Mme de MonOeil29 mars 2011 à 11:22

    Cherche bisounours désespérément.

    RépondreSupprimer
  92. Au Joker

    Le sais tu ? ici, je est hors jeu.

    Quant au banquet du vampire, certes l'inconscient a pris le pas, mais à bien lire les annonces nous serons nombreux à être du festin.
    Reste à savoir si tu seras de la cérémonie...

    RépondreSupprimer
  93. Le Joker, danse avec les toiles30 mars 2011 à 05:01

    A Madame de MonOeil,

    un bisounours ? me voici ! quoique à me demander si le genre es adapté au thème ... Bah, pour votre plume envolée pas besoin de 7 ans de réflexion pour vous jouer la mélodie du bonheur, princesse des étoiles, j'ai hâte de vous voir endosser le costume de la comtesse aux pieds nus, pour le plaisir d'une virevolte, diable au corps.

    Tournez, tournez, dites adieu aux porcs de l'angoisse et prenez votre vol pour une finale fantaisie. Faites moi cygne, je vous offre les étoiles !

    De grâce, ne me coupez pas au montage, ce serait trop cruel !

    RépondreSupprimer
  94. Réponse écrite sous anxios lithiques :

    Cher Jack l’éventré,
    J’ai cru voir un ro’minet…. qui s’empresse de fuir à chaque fois qu’on lui serre la vis. Foutue tuyauterie ! Certes, tu as ton droit de véto et je connais bien ton coup de l’ex orbitant. Mais cette fois, je ne me ferai pas le plombier pour me venger. Tu vois, je change, mais toi non. Je suis lasse (Grosse fatigue !), et ne compte plus les fois où tu as prétendu me quitter pour revenir la queue entre les jambes en ronronnant, mon ro’minet à l’élégance du hérisson. Le problème avec toi, c’est que tôt ou tard survient le retour du jeu d’aïe. Or je ne suis pas Incassable et toi tu es fêlé : ça fait mauvais ménage. Alors, même si chacun cherche son chat, moi j’espère ne plus le retrouver. Et pour m’assurer que les choses soient bien claires, voici une dernière mise au point : te dire que nous sommes quittes me paraît plus approprié que de lire que tu me quittes. Sur ce, Good night, and good luck.

    RépondreSupprimer
  95. A mon Alpha-Roméo, enjoliveur de ma vie
    Alors ça y est, je vais vivre ma vie en l’air ? Du septième art au septième ciel et autant en emporte le vent ? Je nous imagine déjà en train d’osciller entre les chansons d’amour et le silence des agneaux. Je serai ta Little miss sunshine habillée en ultra-violet, et toi mon rayon X pour un jeu d’anges heureux ! Soie, lin ou coton, peu m’importe pourvu que ce ne soit pas du synthétique : il y a trop à approfondir…

    RépondreSupprimer
  96. A Végétarien-à-déclarer :

    Tu parles donc pour ne rien dire ? Par la barbe de Tout-en-Kamion, ne me conduis pas sur des mauvaises pistes. On parle de César, un peu de respect quand même ! Ah, les temps modernes ne sont plus ce qu’ils étaient, voilà qu’à propos d’un sujet grave, on me donne le menu du jour pour je ne sais quel dîner de con ! Puisque c’est comme ça, je vais aller cuisiner un poulet, un Columbo même ! Je suis sûre qu’il ne se foutra pas de ma poire quand je lui dirai que je soupçonne un pépin.

    RépondreSupprimer
  97. De Chabrol à Audiard et réciproquement30 mars 2011 à 14:00

    Un poulet au vinaigre ? Faudrait pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages ?

    RépondreSupprimer
  98. Roi Lion à Pokemon30 mars 2011 à 14:08

    Je suis venu te dire que je m'en vais, et les mots n'y pourront rien changer !

    RépondreSupprimer
  99. Chère Titi-morée,

    Décidément, tu me brosses à rebrousse-poêle dès que je veux te rissoler à la casserole. L’aile ou la cuisse ? Avec toi, c’est la grande bouffe que je désire. Mais tu lui préfères le grand bluff ! Soit…

    Pourtant, tu me tuyautes sur le plombier : tout cela ne serait-il donc qu’une histoire d’Ô ? Alors si c’est une bague à la patte ou un fil au doigt que tu veux, je te rappelle que tu viens d’une cage dorée. Et n’oublie pas que Sylvestre est un saint avant d’être un ro’minet.

    Allez, je te grand-pardonne : viens donner ta langue au chat !

    Ro’minetterie et joints en tous genres

    RépondreSupprimer
  100. A ma Giullieta, et à son calandrier,

    Jante en bien les vrombissements de nos cœurs qui démarrent sur les chapeaux de roue. Une main angélique sur le frein à main, un pied démoniaque sur l’accélérateur, nous déboulons - écroulés de bonheur - sur Sunset Boulevard, cheveux aux Vents contraires.

    Dangereux, nos Jeux d’enfants ? Même pas interdits !

    Je t’en prie, quelle que soit l’ivresse de notre Fureur de vivre, ne passe pas la marche arrière ! Fais-moi plutôt emprunter tes raccourcis vers un amour à New York. Une histoire délicieuse…

    Kate Beckinsale : - "Moment préféré ?"
    John Cusack, : - "Celui-là est en train de monter dans mon classement."

    Notre coup de foudre à Manhattan n’attend plus. Je brûle de te faire l’Amour sans préavis. Ce sera peut-être coton mais j’ai le cuir tanné par les déceptions et un cœur à attraper.

    Love actually ?

    RépondreSupprimer
  101. Dans la catégorie « Peaux de banane et pommes d’amour » le César de la meilleure petite annonce sentimentalo-cinématographique est attribué à Barbara pour « végétarien à déclarer ».

    Tonnerre d’applaudissements. Vivats la vida ! Les robes du soir se dressent, les smokings s’inclinent. Fuselée dans un drapé de soie et de lumière, Barbara fend la Foule sentimentale, adresse ça et là un Baiser : Y a d’la rumba dans l’air ! Sous chon air radieux elle dédie Alain et à l’autre cette récompense qui vient lancer sa carrière et déployer ses zèles. Ah l’bécot qu’elle va lui faire à son trop-fait d’humour et de poésie.

    Extrait de son discours hollywoodien.

    « Bonjour tout le monde, c’est une grande surprise pour moi d’avoir été préférée aux autres annonces. Chacune aurait pu mériter cette distinction, sauf quand même celles du vilain Valmont qui fait sa tambouille avec des ingrédients surannés et qui dévoie (de garage) mon amie MonOeil. Je voudrais remercier le Joker qui a mis son grain de sel dans mes inspirations pour assaisonner, Titi à petit, ce Ro’minet de malheur ! Sans compter ce barbaratineur qui m’agace par son obstination. Sur cette scène publique, je tiens aussi à saluer les textes MAnnifiques d’une brillante poète ! Enfin, je voudrais rassurer mes admirateurs ainsi que les nombreux fans de Bruno. Il sera très prochainement de retour : son déblogage est imminent. Je conclurai par une dédicace très spéciale à mon Man : tu es mon Heros ! For ever… »

    RépondreSupprimer
  102. Mme de MonOeil de Lynx31 mars 2011 à 10:17

    Vous faire cygne, cher Joker-d'encre ? Mais encore faudrait-il que vous fussiez un vilain petit nanard et moi l'AFEMISsion impossible ! Or actuellement je suis plutôt la fée erre dans le sac ! Un cul-de-sac de billes, entre nous, et irrémédiablement perdues pour une malencontreuse affaire de purée de poisons et de feux de la rampe à Santa Barbara ! Mais vous le savez, le vrai coupable de séduction n’est autre que le Viconte-Harbour-dans-le-mille-des-ennuis qui a le feu de l'amour quelque part ! Certes, son discours de roi à la princesse des mots tordus, assaisonné d’œufs-reuh barbarismes, pourrait lui éviter un ascenseur pour l’échafaud sinon un taxi pour l’enfer. Pour ma part du diable, j’envisage un envol pour Paraty, mais juste pour moi. Alors bons baisés de la femme araignée !

    RépondreSupprimer
  103. Bisounours à Mme de MonOeil31 mars 2011 à 15:38

    JF chercherait appartement, avec la bête humaine pour troubler le repos du guerrier. A la vue d'un diamant gros comme le Ritz, le Monocle rit jaune.
    Bons baisers de Russie

    RépondreSupprimer
  104. Oh ! Certina l'aiment chaud.

    RépondreSupprimer
  105. Les diamants sont éternels...

    RépondreSupprimer
  106. Tigre du Bengale à Mme de Merteuil31 mars 2011 à 22:53

    Tigre du Bengale attend la Nuit du Chasseur ... mais qui sera la Proie ?

    RépondreSupprimer
  107. Une étrange affaire ...

    RépondreSupprimer
  108. Mme de MonOeil1 avril 2011 à 01:40

    Qu'apprends-je ? Un JFélin déguisé en bisounours ou inversement souhaite m'offrir un diamant éternel pour que je devienne son repos du guerrier dans un F2 ? Et tout ça après m'avoir trompée avec un pokémon ? Mais nous atteignons des sommets de perversité ! Certes, les diamants sont mes meilleurs amis et vous m'avez l'air bien chaud, mais si vous faites trop la bête, je finirai par me faire la belle ! Personne n'est parfait et justement, mon nom est personne.

    RépondreSupprimer
  109. Le Joker, côté X ...1 avril 2011 à 05:23

    A Gaspard,

    Je vois que Monsieur le Vicomte nous distribue les oiseaux à lui tout seul.... mais je ne veux pas avoir la mort aux trousses, très cher, juste jouir du plaisir d'un voyage au bout de l'enfer des sens interdits, en bonne compagnie, si Madame la Marquise des Anges ou l'agile Barbara y consent : pas d'impasse, volte face assurée, prise après prise, ma petite folie des grandeurs toute déployée, lovée, enserrée, rush après rush, jusqu'au cut à cru du directeur !
    C'est y pas beau ? le casting est ouvert

    RépondreSupprimer
  110. Marquise Angélique MonOeil3 avril 2011 à 09:11

    A Joker de pirate : Ne comptez pas sur moi pour jouer les mousses ou vous donner mon bounty à l'entracte ! Cependant, je me sens d'humeur diablement Angélique et prête à battre pavillon de dentelle noire pour mieux vous emmener en bâteau ! Fiole d'arsenic et flasque de rhum à la ceinture, jupons retroussés pour mieux manoeuvrer l'équipage, je vous embarque avec Barbie-la-Rousse, Sinbad des Mille-et-une-nuits -toujours prêt à défourailler son arme fatale - et qui voudra vers l'île de la logorrhée !

    RépondreSupprimer
  111. A Jo-querida,

    Casté ou castré, c’est un dilemme récurrent que vous me proposez. Pour les oiseaux, appréciez que je ne vous abreuve pas de leurs noms !

    D’ailleurs, je reconnais que votre programme est assez … chouette. Eduquer un grand duc, hibouriffez une marquise, ébarber une bar-bartavelle. Mmmmh ! Qu’on dort, qu’on vole (en justes noces ?), qu’on séquence, ça vaut tours et détours. Et même attendre avec un petit bouquet d’aiglentines. Faut qu’on en parle aux Maltais tout de même.

    Qu’elle soit à Gilles ou à un autre garçon, consentante ou qu’on s’en tienne à son corps beau, je ne suis qu’un pigeon entre les mains de Barbara. Et je rêve d’un vol au-dessus de son nid de coups-coups.

    Le ciel, les oiseaux et l’amer.

    RépondreSupprimer
  112. A la Fille sur le Pont,
    il me tarde de quitter le village des damnés où l'on casse les pauvres pieds des vers solitaires, pour ce voyage fantastique que tu promets au loin, à des milliers de kilomètres de la Terre, découvrir parmi tous les mondes possibles, le meilleur des mondes en son age de cristal, se cacher dans sa forêt d'Emeraude, et te murmurer en un plan rapproché, à toi la femme sous la lune, ma Nausicaä de la vallée des vents, vraie princesse des étoiles "je t'aime, je t'aime"...Se réveiller enfin, te découvrir raccord à mes côtés et s'en aller de concert sur le long fleuve tranquille des amours éternels.
    RDV sur l'île fantastique, au pays des merveilles

    RépondreSupprimer
  113. Le Joker, à l'abordage de son ile au trésor,3 avril 2011 à 13:33

    A Madame censée de Monte-Loups,
    quoi ? pas de bounty pour faire révolte dans vos sens : c'est calembredaine, je le parie, pour mieux tirer les ficelles. Osez affaler les vergues du grand cacatois : m'est avis qu'un oiseau du genre haut perch(ist)e bien intentionné irait jusqu'à étendre la moquette au sol pour notre plus grand plaisir. Et si cela n'y suffit pas, votre Joker veut bien assurer la charge d'un étalonneur (italien) pour vous doser la tireuse à lumières à vous rendre grâce.
    Votre joyeux pirate !

    RépondreSupprimer
  114. Le Joker, vole au vent à 20000 lieues sur la mer,3 avril 2011 à 13:45

    A Gaspard,
    alors qu'attendons nous pour former la ligue des gentlemen extraordinaires et partir à l'abordage de ces poupées du diable qui nous titillent la plume ?
    Volons, survolons, soyons l'aigle à deux têtes pour leur plus grand plaisir !

    RépondreSupprimer
  115. Le Joker, pas démonté,3 avril 2011 à 14:11

    A MAnne,
    Joker, pas convié à la cérémonie des outrages ? Mais ma chère, je suis une légende, une vraie ! Rien ne justifie cette mise au tapis...

    RépondreSupprimer
  116. Angélique sur le pont3 avril 2011 à 15:32

    A Solitaire :
    Rêver en vers et contre toi,
    Dériver à vau-l'eau jusqu'à
    Vauvert arrimée à tes rimes
    Où se mire à l'envers mon âme,
    Ramer de cap en pieds en strophes
    Quitte à risquer la catastrophe,
    Agacer la muse, offusquée
    Par nos vers beaux entrechoqués,
    Eveiller Charybde et Scylla
    En rejouant Sailor et Lula,
    Qu'importe si c'est avec toi !
    Je suis ta sirène en émoi,
    Je t'échois, tu n'as pas l'anchois,
    Et aussi ta Nausicaä,
    Gina, Ponyo, etcaetera !
    Alors viens donc sans plus surseoir,
    Viens sur ma coquille de noix
    Jouer à il était une fois...

    RépondreSupprimer
  117. Très cher (private) joke-air,

    Entre abordage et sabordage, il n’y a qu’un esse-poire à franchir. Comme le rubis qu’on polit gamme après gamme. Je me méfie donc des diablesses qui se liguent pour titiller les ro’minets ! Et des women extraordinaires qui me volent dans les plumes.

    Voilons, dévoilons ! Filons, défilons ! Mais de grâce, rendez-moi déjà Barbara !

    RépondreSupprimer
  118. Sonnet pour marquise solitaire

    De négligence coupable en résurgences,
    Je viens m’échouer, sans blabla ni fracas,
    Sur votre grève me faire chanter Ramona,
    Vous appeler Angélique, vous espérer Clémence.

    Je m’attends à un grain, peut-être un coup de tabac :
    Vous avez le chique pour m’empêcher de piper mot.
    Assez mégoté… Plongeons plutôt dans le monde de Nemo
    Transformer l’hydre de Lerne en six reines de Saba !

    D’aiguisons les dedans de l’amer en sucre de Cannes !
    Evitons la tempête sur les Océan’s eleven sur l’île de MAnne !
    Je vous sais insubmersible, ne craignez donc pas mon estoc...

    Et si les Pirates trop cités nous attendent au large des Caraïbes
    Pour nous précipiter dans les Abyss, nous chanterons par bribes :
    « Yo-ho-ho, une bouteille de rhum ! » Antique et en toc !

    RépondreSupprimer
  119. Pour Gaspard,

    Un grand merci, esprit un poil lubrique dont les saillies me font rire et sourire, en mille éclats, il faudra bien qu'un jour le miroir écran de nos bobines se brise histoire de se faire la bise.

    J'attends la suite, avec impatience et sans sapience. A défaut d'être l'Artiste ou la DIVA, je suis au spectacle et en redemande encore !

    RépondreSupprimer
  120. Pour Le Joker,

    "Ratures les ratés de l'envolé" : voilà qui avait un semblant d'allure,et qui aurait pu inciter à la revoyure, mais làs : se prétendre légende, quelle imposture, digne d'un ado immature. A se demander si tu assures en dehors de tes forfaitures, as tu assez d'envergure pour développer ta vraie nature hors de l'écran d'une salle obscure ?

    RépondreSupprimer
  121. MAnnifestation un-temps-peste-ive et osée pour corps-au-border MAnne :

    Arrête ton char, Ben Hur !

    RépondreSupprimer
  122. Marquise sonnette et trébuchante4 avril 2011 à 16:11

    Cher Vicomte des vaux, des monts et des merveilles,
    Je dois en convenir, votre estoc est de taille !
    Mazette, quel élan ! Pour un peu je défaille !
    Et s’il est établi qu’un rubis ne se raye

    Qu’à des pointes choisies, les vôtres, éhontées,
    Le caressent assez pour qu’il rougisse encore.
    Insubmersible, oui, titanesque, d’accord,
    Cuir assez, peau tranquille, et mère remontée.

    Car la mère a des dents, c’est un fait reconnu,
    Et il y a du monde au fond de son silence,
    Des krakens, des dragons et des bêtes cornues.

    Mais il y a place aussi pour les faux ingénus
    Ou les vrais matadors travestis d’apparences
    Pour peu qu’ils osent devant moi se mettre à nu.

    RépondreSupprimer
  123. A Gaspard...

    dis voir avant que je ne traite de mets-ça-là des temps antiques, ta dernière remarque vaut elle pour le Joker ou bien pour MAnne ?
    Dans ce dernier cas, je te l'avoue, je m'attendais à un autre type de transport :)

    RépondreSupprimer
  124. A MAnne,

    Valmont a déjà assez de comptes-en-cieux : une Barbara égarée, un duel à l'aube avec un Joker mythomane, un Erosman jaloux, une Marquise travestie en bisounours. Ne lui rajoutez point la susceptibilité sagace d'une rare poétesse qu'il admire secrètement.

    RépondreSupprimer
  125. Marquise Lame-innée5 avril 2011 à 04:05

    Quelle santé, ce Vicomte ! Mais je crains qu'il ne suffise pas à toutes nous satisfaire ni que nous lui suffisions toutes. Où sont passées les autres fines lames ? Une pour tous et tous pour une : Madame l'Ecriture, notre seule Diva !

    RépondreSupprimer
  126. Que de bourgeoises et de bourgeoises qui se causent comme des corbeaux et des renards sur les branches intellos d'un cinéma à papa! Bonjour, je m'appelle Rosetta. Je cherche personne. Du moins pas de metteur en scène. Ma scène est vivante. Mes yeux sont plus rapides que toutes les caméras des cinéastes professionels. Alors si ceux qui osent, me répondent !

    RépondreSupprimer
  127. A Rosetta

    Une nouvelle patte et de celle qui tire sur ce qui se présente ! Voilà qui me plait, suis prêt à te servir de partenaire pour un snuff movie des yeux au corps osé.
    Mais toi, jusqu'où iras-tu libre sirène-scène à rameuter nos fantasmes ?

    J'attends ton assaut

    RépondreSupprimer
  128. Le Joker, solitaire crapaud en joaille,5 avril 2011 à 09:51

    A la terre entière,

    quoi ? pas un qui veuille voir l'envers du décor, tous se contenteraient de la façade bien maquillée et toute à son avantage ?
    Qu'y puis-je si Toxic m'a marqué, défiguré ? Qui aime le Maudit au point de transformer la bête humaine en Don Juan ? Qui sera assez bon pour saisir que la vérité est ailleurs ?

    Le Joker pleure, raillé de tous. Harley, queen de ma vie, où donc es tu ?

    RépondreSupprimer
  129. A Joker éploré,

    Tu dois donc être bien triste pour t'offrir en chair à saucisse à la première morte-adèle venue !
    De là à proposer l'envers des corps dans un sniff, sniff movie... Avec ton rime-ailes qui coule sous tes larmes de croque-au-deal, ça risque d'être coloré !

    Au nom de la Rose, ne rougis pas trop sous les moqueries. Et arrête de queener !

    RépondreSupprimer
  130. Le Joker, en male d'internationale,5 avril 2011 à 23:40

    A Gaspard, merle moqueur aux zailes déployées,

    Non mais, t'as vu la tête que j'ai ? Franchement,si le maquilleur a pris son pied moi, faut que je reste avec ! et j'ai beau tourner de babine en bobine le diable vaut vert bien plus que Casanova. comment veux tu que j'approche Rosa au Luxembourg ?
    Parait que c'est comme ça, que mon fatum est de servir de faire-valoir aux beaux messieurs qui se la com(p)te(nt) et volent aux plumes du charme discret des bourgeoises en mal de sens. C'est trop injuste !

    RépondreSupprimer
  131. Cherche jeune femme scénariste pour blog amoureux contestataier. Urgent. Savez vous que seulement 15% des scénaristes sont des femmes ?
    A moins qu'elles n'aient rien à proposer ? Commençons par le début. Vous qui êtes sur ce blog si vous souhaitiez écrire un scénario..., lancez des thèmes ! Nous répondrons

    RépondreSupprimer
  132. @ Producteur

    Selon toi Producteur, combien de femmes derrière les annonces de ce blog ? combien de messieurs ?

    Et puis quels sont les genres proscrits, cher producteur, histoire que l'imagination ne s'emballe pas pour aboutir sur de grandes illusions ... rien de plus terrible que de donner sans conter et ne rien recevoir d'autre qu'un "coupez" ou "on garde le contact"

    RépondreSupprimer
  133. Experte en missions impossibles connaissant la chanson cherche homme blessé pour lui faire oublier raisons et sentiments et lui redonner le goût des autres. Full monthy exigé en remplacement de la full metal jacket.

    RépondreSupprimer
  134. Si n'est malversation
    Le goût de me connaître,
    Caméra de tes yeux
    Sur un amour de Swann,

    Si n'est malheur qui suit,
    Et ni Guerre des Rose,
    La pellicule accomplie
    Sur un air de Jolies choses,

    Si n'est matin joyeux
    Que toute notre vie,
    Si n'est dans nos regards
    Que d'horizons lointains,

    Alors tous les matins du monde
    seront le reste de nos vies...
    Parmi vous, qui me suit?

    RépondreSupprimer
  135. Dame oiseau cherche partenaire pour danse des sept voiles, corps offert à ta volupté, coeur à conquérir par le jeu de ton amour.

    RépondreSupprimer
  136. De Gaspard-à-drap à Harnacheuse acharnée


    Miss Moneypenny,

    Je m’incline ! Vous avez vaincu Dr No-body : je suis prêt à tomber dans vos tends-ta-cule hot d’Octopussy. Mon amour est à l’é-pieuvre de vos bons baisers de Russie : vivre et laisser mourir une telle passion serait indigne châtiment ! Il n’est pas permis de tuer un trésor qu’on touche du bout des doigts … même avec un goldfinger : tuer n’est pas jouer !

    On ne vit que deux fois avec vous : d’abord au service secret de sa Majesté puis rien que pour vos yeux. Pour vous, j’ai été l’homme au pistolet d’or et dansant mais l’opération tonnerre - de Brest - m’a rendu dangereusement vôtre.

    Aujourd’hui, le monde ne suffit pas à vous prouver que vous êtes l'essence de ma vie. Quand vous m’avez demandé la Moon(raker), j’ai décroché le jackpot au Casino Royale de Nice : une riviera de bijoux. Désormais les diamants sont éternels car demain ne meurt jamais. Votre regard de braise est pour toujours ancré dans mon cœur : un goldeneye foudroyant !

    Alors, je vous en conjure : redevenez l'espion qui m'aimait ! Ou bien je meurs un autre jour...

    Signé : Bond 23

    RépondreSupprimer
  137. L'arnacroft chasseuse de Gaspi14 avril 2011 à 12:48

    Cher James, pour un anglais, vous n’êtes guère patient et votre crâne, quoique de cristal, me semble assez dur. Je vous l'ai déjà dit, si vous tenez tant que ça à mon diamant vert, il faudra me donner autre chose que ces rivières qu'on finit toujours par pleurer. Non, ce que je veux, c'est de l’action, du danger, de l’imprévu ! Parce que MonEyePeinée, c’est du passé, et je ne suis pas encore une momie sur le retour ! Désormais, les secrètes errent avec leur air-haut, voire leur hère bas, pour mener une dernière croisade histoire de sauver l’archi-perdu. Et avec moi vous avez de la chance, c’est gagné d’avance, parce que personne ne fait échec à Mata-Hary et seuls me matent tes yeux couleur espoir... Et Ah ! Que ne ferais-je pas pour tes yeux seulement !

    RépondreSupprimer
  138. Miss (s'il vous plait) MonneyPenny (la vraie)15 avril 2011 à 06:24

    Que vois je ? D'aucuns auraient usurpé mon identité ?
    Prenez garde James, à ne pas vous tromper de Doppelgänger, sinon - je vous l'assure - je me tournerai sans hésiter vers l'adversaire du Dr Denfer, celui dont le mojo en ferait sans aucun doute le dictateur de mes sens.
    D'ailleurs, il vient de me donner rendez vous dans son sous marin jaune...

    RépondreSupprimer
  139. A Dame-oiseau

    Dame-oiselle, ni aile n'y luit, accepte ton invitation. je suis prête à danser avec toi toutes voiles hissées. cependant, attention à ne pas y laisser des plumes... La vérité est ailleurs

    RépondreSupprimer
  140. Djinn, pour que tourne le premier voile,15 avril 2011 à 13:22

    A Damoiselle,

    Alors danse ta vie sur la montagne du destin. Dans le souffle de la tempête, quand le feu danse entre les poles, tu me trouveras et peut être ma rose des sables délivrera t-elle son parfum aussi doux que ma plume.
    Prends garde toutefois, car si tendre est la nuit, la mort aussi caresse à minuit.
    Dévoileras tu la fille de feu ?

    RépondreSupprimer
  141. A Djinn,

    Si la saveur du vent de l'est m'apporte le souffle de ta rose des sables. Pour éviter la mort à minuit, je t'apporterai le feu de mes contes, il nous fera danser jusqu'à l'aube.Je suis une femme de plume, sa légèreté rend plus fort que le destin.

    RépondreSupprimer
  142. Plan après plan je gravirai les 39 marches qui mènent à ton coeur, scène après scène mon corps donnera réplique à tes sens, jusqu'aux ultimes baisers où ton souffle sera ma vie, dans un grand frisson pour un coeur à corps en fondu enchainé sur un air d'éternel retour.
    www.les-cles-du-paradis.com

    RépondreSupprimer
  143. Doña Flor de mon secret, ex-MonneyPenny17 avril 2011 à 13:07

    Chère authentique MoneyPenny, si tu veux jouer les Pennylope en Cruz pendant que James use et abuse de ses (ch)armes, et tout ça pour une étreinte brisée d'avance, grand bien te fasse. Moi ça me mettait au bord de la crise de nerfs. Alors désormais, je préfère me balader en talons aiguille avec mes copines, Carmen, Pepi, Luci et les autres et assumer ma mauvaise éducation côté movida, nom d'un cojon!

    RépondreSupprimer
  144. Miss Moneypenny, baladeuse en Dévergondie,17 avril 2011 à 13:30

    Chère Dona Flor,

    libre à toi d'user de James au bond romantique,pour ma part je sais bien que ce séducteur au grand sourire (et quel sourire : à filer droit en odyssée de l'espace), n'aura qu'une place en sa penderie à proposer... ceci dit entre cela et une mauvaise éducation qui mène au bord de la crise de nerfs ... je ne sais vraiment si cela vaut de passer de charybde en scylla.
    Et si nous allions faire simplement un remake d'à nous les petites en anglaises, version up to date et laissant à ces messieurs leur part de cruches (oh!) ?

    RépondreSupprimer
  145. Djinn, de brise en bise, qui sait ?19 avril 2011 à 10:13

    A Dame-Oiselle,

    Ta plume sera t-elle assez légère pour caresser le voile bleu qui entoure le mystère du vent sous la lune des amants éternels ?
    Tourne, tourne le temps des cerises, voici venir le vent des désirs.
    A lire ta réplique de plume au vent

    RépondreSupprimer
  146. Bond... Alfred Bond,21 avril 2011 à 03:39

    Chères Divers-gondolées,

    C’est si Bond de vous voir disputer un charme britannique qui n’est en fait qu’un ace-pion entre vos mains averties.
    Moneypenny, vous avez raison de délaisser les gars-jet-set de Wimbledon et de cultiver un gazon maudit avec Madonna Florilège de douceurs. Je mets donc la Pédale douce sur mon Aston Martin V12 car je me méfie des Gentes dames de Saint Tropez. Surtout quand elles se marient !
    Pour la place dans la penderie, ça … dépend du cadavre qui s’y trouve.
    Enfin, je me lasse de votre méfiance ré-barbara-tive à mon égard de lion ! J’ai les crocs mignons d’un néant d’air talonné par les secrètes herm-Aphrodites.
    Finies la Mort aux trousses et les Sueurs froides ! Sans l’Ombre d’un doute et foi d’Alfred, je me méfie des Oiseaux de mauvais augure qui jettent la Psychose à travers la Fenêtre sur cour.

    RépondreSupprimer
  147. MonneyPenny, cameos en trompe l'oeil du maitre,21 avril 2011 à 13:33

    @ Bon(d)-homme-oiseau

    Qui parle de brouter le gazon maudit ? Foin des camionneurs, fussent ils ornés de seins, dans le jardin du plaisir, est une danseuse blessée aux cheveux d'or, pour l'instant soumise à la loi du silence, qui n'attend pourtant qu'un clap du Voyou pour offrir son Mc Guffin en offrande dans la maison du docteur Edwards.
    Sans un mot, une femme disparait, j'en ai des sueurs froides, vite ton clin d'oeil andalou que je puisse respirer à nouveau, prendre un second souffle, exhaler ma réplique ...
    Marnie

    RépondreSupprimer
  148. Le Joker, survival21 avril 2011 à 13:46

    Wouaf ! d'ace-pions en suce-pendus à vos lèvres - où qu'elles soient, en passant par un Djinn du Masque et la Plume, quel film voile-à-tourner en dérision !
    Un mauvais fil(m) aux gout des autres ? qu'en disent donc les spectateurs de l'ombre, ceux qui n'osent franchir l'écran à la façon de Tom Baxter ?
    Offrez moi votre rose, hardis voyeurs de mes maux dits écrits !
    A vous lire

    RépondreSupprimer
  149. Spécialiste du montage ch. partenaire pour besogne en camera obscura et mise en lumière de talents cachés

    RépondreSupprimer
  150. Toi muet, moi réplique culte : fusionnons nos genres pour le plaisir du sens !

    RépondreSupprimer
  151. Dona Flor e seus três maridos23 avril 2011 à 15:17

    Ah la la, James ! Qu’avez-vous fait de votre cœur d’heureux barbare à tifs ? Seriez-vous définitivement re-buté après n’avoir vécu que deux fois ? Allons, La vie est belle ! Prenez donc Le temps des gitans avec Carmen qui trépigne du talon, Manne X qui adore les missions impossibles et moi qui m’ennuie malgré mes trois maris. Pas de doute, l’amour est un damoiseau qui veut se faire la re-belle mais pas toujours zélé.

    RépondreSupprimer
  152. Jeune princesse en devenir imminent recherche grandes oreilles pour enjamber le pont du destin et narguer le zouave fatal. Airbag royal s'abstenir.

    RépondreSupprimer
  153. @ Anonyme
    ...et pour que le film en cours ne devienne pas tragédie et n'oblige pas aux petits mouchoirs, option speed limit requise pour happy end !

    RépondreSupprimer
  154. Chauffe, Marcel !1 mai 2011 à 05:48

    J’aime ce bond en avant d’une plainte carnivore qui s’adonne goulûment à sa boulimie de fiançailles.
    Mais je ne veux plus compter Florette à ces Jean qui vous partagent en gargantuesques épousailles.
    Est-ce Pagnol ? L’Andalousie ? Je sais que Ma nonchalance me prive des Sources de son inspiration.
    Est-ce l’alcool ? La jalousie ? Je sais que le Temps des Amours n’est plus celui des réconciliations.

    Ma marquise se pomponne à Pompadour – sans moi. Mais regardez-là ! La voilà, la pomponnette !
    Mon cœur brille pourtant de mille Topazes ; injuste, elle file chercher son César sur la Croisette…
    Elle a tourné la Gloire de mon père en dérision et adapté le Château de ma mère en film de cul.
    Le Temps des Secrets est mort : tout le monde sait bien que c’est dans la marine, qu’il y a le plus de cocus.

    Ma Belle Meunière est partie ; elle a brûlé les Lettres de mon Moulin et je pleure de chagrin.
    Et c’est pas moi qui pleure, c’est mes yeux ! De mourir aujourd’hui, ça ne me fait même rien…
    Mais ça me fait de la peine de quitter la vie. Je ne suis plus bon à rien, je suis mauvais à tout !

    Dis moi, Fanny, les Cigales on les entend encore de là-haut ? Marius t’emmènera-t-il pécher demain ?
    Tantôt la Femme du Boulanger me vengera d’un coup de traversin, me vautrera dans son pétrin.
    Mais c’est à la Fille du Puisatier que je dirai pour de vrai : prends ta faux et fends-moi le cou !

    RépondreSupprimer
  155. Quel cinéma !
    Diable de Marcel, à jouer sur plusieurs plateaux, le voilà qui nous interprète une scène déchirante à nous faire perdre pour un peu raison et sentiments.
    Quel César allons nous lui décerner ?
    Marquise, Fanny, Belle Meunière, Florette et bien d'autres encore : sortez vos atouts, pas de coupe possible, piques de mise, jouez selon votre coeur... et votre humeur.

    RépondreSupprimer
  156. Cartes sur table1 mai 2011 à 10:39

    Rires et châtiments m'ont laissé sur le carreau. Alors trèfle de persiflages ! Pas de défausse, je vous laisse le dix de der...

    RépondreSupprimer
  157. Marquesa Queseràserà1 mai 2011 à 13:28

    Je saisis sans plus tarder les balles au Bond,qui nous fait un very bad trip. Carambar, James! Les ciel et ses grillons peuvent attendre, mais pas l'amor! Il faut le prendre aux dents, et vite, il est fast and furious, s'essaie à tous les avatars pour te séduire, joue les fatcoeurs et te sonne toujours deux fois, voire trois comme mon arrière-train, mais il pourrait se lasser, alors vite vite ! Cours après lui qu'il t'attrape ! Et si tu trouves qu'il y a confusion des genres dans mes propos, déBidouillons tout ça au Gaz Bar blues sans orgueil ni préjugés. Et puis écoute, je ne suis pas si chienne pour une Andalouse, mais si tu meurs, je te tue !

    RépondreSupprimer
  158. Dame-chatte cherche toi brulant pour caresses de velours et plus si affinités.
    Dam-oiseau vivement souhaité pour envol sur les ailes du désir. Promesse de jeux interdits sur un air d'attrape moi si tu peux.

    RépondreSupprimer
  159. Le Joker pour qui sonne le glas,4 mai 2011 à 09:42

    Non que le public soit chien,
    Mais de ses bravis bien chiche
    Lorsque le générique s'affiche
    Alors, foi de cabot,
    Au plus fort de mes maux,
    Je retourne à ma niche
    Et vous tire mon irrévérence.
    Adieu scénariste, pellicule off projection
    Bobine enflammée, bateau-pirate
    ou boulanger en mal de chatte,
    Fi de Bond, Alfred ou Marcel
    Dont je respecte le zèle,
    Exit Barbara, Vicomte et Marquise
    Tant de si belles choses promises
    Pour finir à bout de souffle,
    Faute d'acteurs qui courtisent la plume.

    RépondreSupprimer
  160. Hurler avec les loups5 mai 2011 à 03:56

    Aux raisons funèbres d'un molosse au coeur tendre

    Ci-gît, assagi mais saccagé, feu mon tendre ami Joker.
    Aristochat à s’en dandyner sur les toits brûlants,
    Apparu, entre chiens et loups, un soir de printemps,
    Tu as souvent glapi, aux quatre vents, ton errance solitaire.

    Alors entre ici, Joker éternel, au Panthéon des cadors…
    Vois ici bas la foule - ameutée par la détresse de l’absence
    D’un molosse aux pattes d’argile foudroyé dans sa magnificence -
    Pleurant canin-caha tes crocs blancs travestis par la mort.

    A l’heure de te perdre - à jamais ? – les souvenirs affluent :
    Entre chasse au Rominet et souricière pour Barbara égarée
    Nous avons partagé, pudiquement, un peu plus que de l’amitié

    La Belle et le clochard sont inconsolables, les Dalmatiens dissolus.
    De là-haut, puisses-tu entendre encor ces jappements endoloris,
    Ces plaintes émues et unies dans un même cri : chienne de vie !

    RépondreSupprimer
  161. Far far away, au tréfonds des ages de glace5 mai 2011 à 13:28

    Ci git le Joker,
    Il mérite sa place
    Au Paradis des Glands

    Scratounette

    RépondreSupprimer
  162. Qui a écrit ces vers
    Qui mettent à l'envers
    Le coeur du pauvre Joker ?

    RépondreSupprimer
  163. Marquesa Queseràserà6 mai 2011 à 09:33

    Mais au dernier moment, Achille arrive en agitant ses boucles blondes pour sauver le joker sanglant, la fille sur le pont, lachée par le solitaire qui a préféré Ponyo, empêche Valmont de se noyer, Carmen part avec Bruno, car il n'a presque rien dit mais il lui plaît, Qui ? convole avec Pourquoi ? et la Marquise s'envole vers Neverland pour y retrouver Peter Pan, mais leur amour est impossible alors elle se console avec Crochet. The end.

    RépondreSupprimer
  164. Speedy Gonzales6 mai 2011 à 10:26

    Propos pour un Joker déguisé en Phantom
    Enfin seul !
    A moi les petites anglaises :)

    Batman

    RépondreSupprimer
  165. Aaaah les caresses de Crochet !
    La Divine Marquesa, so sad ...
    Des Anges aurais tu le nom, de Justine la vertu ou de Juliette l'à propos ?

    RépondreSupprimer
  166. Marquesa Queseràserà6 mai 2011 à 15:03

    Vert tueuse, or ange mécanique, amante halo, l'âme innée ou l'âme heureuse d'un Roméo, va savoir, mais jokeuse certainement et très menteuse.

    RépondreSupprimer
  167. A marquesa

    Le joker est mort, vive la marquise !

    A l'urne des cendres de notre valeureux ami, préférez-vous les vases communiquants de Barbara et Michèle ?

    RépondreSupprimer
  168. La Marquesa un peu (table) ronde12 mai 2011 à 01:20

    A anonyme : Si je suis fleur, je ne suis pas de celles qui se plaisent à orner les vases, et si je suis La femme de cendres, je veux qu'on m'éparpille, non qu'on me mette en urne. A tous les contenants, fussent-ils le sacré Graal, je préfère Excalibur brandie sur les Chemins de la liberté. Chevalier, tu peux remplir ma coupe de vin ou de nectar pour que je fasse table rase du passé, mais... Ce sera à tes risques et périls.

    RépondreSupprimer
  169. @ Marquesa
    Tu y est et puis ooops tu disparais, est-ce là vraiment la magie du cinema ?
    Tant que j'u suis : Joker est il mort ou bien parti de son plein gré ? matière à thriller.

    RépondreSupprimer
  170. Bonjour Mme/Mr
    je suis particulier français,j'octroie de l'argent à toutes personnes sérieuses besoin d'avoir un prêt un prêt fiable et rapide à un taux forfaitaire de 2% seulement je suis prête à vous octroyer un prêt allant de 20000 à 1.000.000 € sur un durée de remboursement très abordable.pour cela vous qui êtes rejetés pas les institutions financière,vous qui avez le souci de rehausser votre chiffre d'affaire et de vous relancer dans vos projets financiers ne vous faites plus de souci.Pour savoir comment sa se passe contacter au émail: lange.alain1@laposte.net

    RépondreSupprimer
  171. Bonjour Mme/Mr
    je suis particulier français,j'octroie de l'argent à toutes personnes sérieuses besoin d'avoir un prêt un prêt fiable et rapide à un taux forfaitaire de 2% seulement je suis prête à vous octroyer un prêt allant de 20000 à 1.000.000 € sur un durée de remboursement très abordable.pour cela vous qui êtes rejetés pas les institutions financière,vous qui avez le souci de rehausser votre chiffre d'affaire et de vous relancer dans vos projets financiers ne vous faites plus de souci.Pour savoir comment sa se passe contacter au émail: lange.alain1@laposte.net

    RépondreSupprimer
  172. Bonjour Mme/Mr
    je suis particulier français,j'octroie de l'argent à toutes personnes sérieuses besoin d'avoir un prêt un prêt fiable et rapide à un taux forfaitaire de 2% seulement je suis prête à vous octroyer un prêt allant de 20000 à 1.000.000 € sur un durée de remboursement très abordable.pour cela vous qui êtes rejetés pas les institutions financière,vous qui avez le souci de rehausser votre chiffre d'affaire et de vous relancer dans vos projets financiers ne vous faites plus de souci.Pour savoir comment sa se passe contacter au émail: lange.alain1@laposte.net

    RépondreSupprimer
  173. Offre pour tous les individus

    Vous recherchez un montant important pour insuffler une nouvelle vie à votre entreprise ou recherchez un prêt pour l’achat de votre maison.
    Nous pouvons vous fournir ce prêt.

    Email: info@creditfinance-bank.com
    Rolandgadner@outlook.de
    Numéro WhatsApp: 33784505888
    Site web: https://creditfinance-bank.com

    RépondreSupprimer

Prenez l'inspiration et rédigez ici votre petite annonce amoureuse.