lundi 29 mars 2010

A tout cœur


176 commentaires:

  1. roulette russe31 mars 2010 à 00:42

    Jeune femme aimant la roulette russe te laisse 5 chances d'atteindre son coeur. Si le rouge passion n'est pas né à la cinquième tentative d'abordage,passe ton chemin.

    RépondreSupprimer
  2. As du coeur cherche une dame à carreau, rois des piques s'abstenir

    RépondreSupprimer
  3. Cherche son Trèfle à quatre feuilles : jamais un coup de dés n'abolira le hasard de toi et moi, un jour peut-être, un jour qui sait, si le souffle de l'amour fait basculer les dés du bon côté.

    RépondreSupprimer
  4. bang bang says:

    si tu aimes le bluff
    si tu n'as pas peur que
    ma paire d'as te fasse tilter.
    autour d'une table verte
    échangeons des cartes
    misons nos vêtements
    en guise d'argent!
    et le podium se ferra
    à deux.

    RépondreSupprimer
  5. A sec dans mon casino amoureux suite à un double jeu, cherche un brelan de dames pour me refaire un porte-feuille sensuel bien garni.

    RépondreSupprimer
  6. el sombrero diga

    jeune roi de pic déchu de son trône
    le royaume de las vegas
    par une paire de valet impétueux
    aimerait que sa muse-dame de coeur
    lui sauve sa river

    RépondreSupprimer
  7. A sombrerito de tres picos : Caramba! Ta dama n'aime pas que des valetitos te fassent pleurer une river ! Elle a encore des cartas dans sa manga et une pistola dans la mano pour te rendre ton trono de pequeño inexperto.

    RépondreSupprimer
  8. el sombrero diga6 avril 2010 à 00:41

    A mi dama-musa:
    ole
    bueno
    auras tu la noblesse de coeur de m'accompagner dans ce tango de cartes?
    sauras tu te contenter seulement d'un pequeno trono ou bien iras tu courtiser sans coeur d'autres contrées?
    MUJER de mes rêves, fait briller ce coeur caliente!

    RépondreSupprimer
  9. A sombrerito : Ayayaye! Le tango-sueño, c'est un viajo un peu riscado, mais si tu le veux comme moi je le veux du fond de l'alma, prends-moi la mano et dansons le tango a contra-tiempo, a contra-razon, et tant pis pour la caida.

    RépondreSupprimer
  10. Heureux au jeu, malheureux en amour cherche malheureuse au jeu, heureuse en amour pour former couple idéal.

    RépondreSupprimer
  11. el sombrero loco6 avril 2010 à 13:51

    a dama-musa
    ayyyyyyyyy
    le rêve est la maison de la raison quand le monde n'est plus logique
    dansons
    bailamos

    RépondreSupprimer
  12. bandit manchot recherche sa pièce de monnaie qui le ferra tilter.

    RépondreSupprimer
  13. A sombrero loco : Nos corazones n'ont pas demandé leur avis à nos cabezas pour danser ce tango-dingo. Pensons juste à ne pas fermer les fenetras du rêve.

    RépondreSupprimer
  14. Fille en or, friguée comme l'as de pique ce matin dans le métro, recherche son valet de coeur: tu portais une veste à carreau, tu grattais un ticket de Solitaire. Si tu veux qu'on joue aux Morpions tous les deux, retrouve-moi ce soir à 18h00 au pied de l'horloge Gare de Lyon. Attention, la roue tourne...

    RépondreSupprimer
  15. A sombrero loco : Mais qui se cache sous ton sombrero, en fait ?

    RépondreSupprimer
  16. el sombrero loco9 avril 2010 à 03:47

    A dama curiosa y dama musa
    sous mon chapeau se cache un corazon!
    trèfle de plaisanterie, on se pique au jeu de dévoiler son alma ou son jeu?
    que carreau!!

    honneur au dame- comme dirait mon grand oncle Don diego de Oliveiro- à décliner son identité, à percer le voile...

    RépondreSupprimer
  17. Dama musa triste9 avril 2010 à 05:24

    A sombrero/corazon loco: Si j'abats mes cartas, le castillo s'écroulera et ta dama dans sa torre avec. Pas sûr qu'en la voyant, tu veuilles la ramasser.

    RépondreSupprimer
  18. Je parie! Je parie ma vie, mon âme, et éventuellement mon t-shirt que le bluff de l'amour ne vaut pas la vérité de certains flirts. Hé oui...
    Elle mise, je relance, elle balance, je couche : chacune de nos mains prend des allures d'escarmouche.
    Tu bouts des doigts je soulève mes cartes, elle lit dans le fond de mes yeux comme sur une pancarte.
    Elle se lève de table, je passe à table. Faisons table rase, nouvelle main croupier!
    Elle mise moi non plus, ma chemise n'en peut plus, je tire ma révérence à notre bluff déchu.

    RépondreSupprimer
  19. A l'anonyme du dessus :
    Danser le tango
    Avec un chapeau
    En haut d'un château
    C'est l'plus rigolo.
    Qu'on se couche ou pas
    Qu'on relance ou parte
    Même échec et mat
    On fait rien de plus bat !

    RépondreSupprimer
  20. Le trèfle de la chance, m'a laissée sur le carreau,
    Le pic de l'amour, m'ouvrira le coeur.

    Lamouralalouch ;)

    RépondreSupprimer
  21. même la roulette russe ne m'a pas fait peur,
    grisé par la folie fiévreuse des gains
    j'ai survécu au royaumes des ombres-cartes
    j'ai affronté Satan au Black Jack
    je me suis ri du naïf Baccarat
    casino ne m'as pas tuer, je l'ai plumé

    pourtant riche, et pourtant
    je n'ai pas vu femme qui me montrerait l'échelle pour gravir ensemble les sept cieux
    et pourtant j'aime et je réussie le Jeux.
    serait tu celle-ci?

    RépondreSupprimer
  22. A la roulette des amours
    je t'ai jouée
    Et sur un brelan de dames
    Je t'ai quittée
    veux-tu encore jouer
    A nos baisers?
    Pari de roulette russe
    A ma poupée
    Si tu refuses le je
    je partirai
    Chercher du même modèle
    d'autres pépées

    RépondreSupprimer
  23. je suis un jeune camerounais qui aimerai changé son style de femme j'aimme beaucoup les blanche c'est la raison pour la quel je demande un europeen pour construire mon avenir avec elle mon contact mon email est drussillealves@hotmail.fr donné moi une relation avec une blanche pour qu'on puisse se connaitre

    RépondreSupprimer
  24. A Lamouralalouch18 avril 2010 à 14:39

    Le coeur ouvert et les poches vides
    je retourne au casino des coeurs
    J'ai perdu gros
    mais je cède à la folie du jeu
    je reprends la partie avec ce nouvel Amour
    Tant pis si je me perds
    Tes baisers sont trop doux
    Je mise tout sur la folie de tes je t'aime
    xXx

    RépondreSupprimer
  25. J'accepte d'être ta muse au casino des coeurs si tu te montres pour moi un as. je ne te piquerai que de je t'aime que j'écrirai sur des carreaux, et serai ta dame. Trèfle de paix, vive la folie, vive le jeu et le jackpot amoureux.

    RépondreSupprimer
  26. Tu n'auras pas su, tu ne sauras pas,
    Que les dés sur la table, c'est moi qui les lançais.
    Tu as tourné la tête, mais du mauvais côté.
    J'ai perdu la partie. Je ne relancerai pas.

    RépondreSupprimer
  27. Croupier cherche croupion à étaler sur le tapis pour mener un petit au bout.

    RépondreSupprimer
  28. Emporté par le full, homme carré vise reconversion et cherche machine à dessous pour le guérir de ses quintes d’atouts.

    RépondreSupprimer
  29. Barbara, je ne sais si tu joues aux cartes comme tu joues avec les mots, mais sache jolie muse ou cartomancière du sentiment, je te propose une partie fine. Suis pas homme à jouer cartes sur table, mais inutile de tricher avec moi. J'ai toujours la main.
    Surtout avec les jeux de mots. Alors....

    RépondreSupprimer
  30. A tout bluff...
    L'amour sans l'amour , c'est toujours l'amour, cher anonyme, mais vous avez raison que l'amour toujours n'est pas toujours à tout coeur. C'est même le contraire qui se joue parfois dans les parties à deux. Faisons le tri, prenons le valet et la dame, et faisons une tierce...

    RépondreSupprimer
  31. A tout bluff : L'amour est chaque fois éternel... Mais en attendant la prochaine éternité, je tuerais bien le temps et le premier joueur qui passe, roi, valet ou joker en lui faisant le grand jeu.... Si vous êtes dans les mêmes dispositions...

    RépondreSupprimer
  32. Dame de coeur cherche roi pour son bonheur,
    Fi de nos peurs, au paroxysme de l'ardeur
    Quand enfin, nous ne ferons plus qu'un,
    Black Jack ce sera vraiment ta fin,
    Reine des sens cherche mâle indécence
    Pour la danse des coeurs à corps que la chance
    Réunit dans son lit ...si gentil

    Christian fat ou falot s'abstenir

    RépondreSupprimer
  33. las des veines paroles de bluff
    as du sérieux, j'abats mon jeu
    et je te regarde dans les yeux
    y-vois tu mon cœur?

    roi de la mise, de l'enchère, la
    vraie, de celle qui vont sauter tous
    les crans, les attaches, pour ne pas dire les
    bretelles, je ne sais me tenir à carreau!

    ou es-tu ma dame de trèfle pour me porter chance, non au jeu mais en AS-mour?

    RépondreSupprimer
  34. Sans faux-semblant ni mensonge,
    Regard confiant, oui, je plonge
    Au fond de tes yeux, roi du sérieux,
    Si tu le veux, nous irons mieux à deux,
    Sur le jeu des coeurs amoureux

    Huit de trèfle, pour un nouveau départ,
    Neuf de coeur, sur le parcours du tendre,
    Dix de carreau, larguons les amarres,
    Valet de coeur, serai douce et tendre,
    Dame de trèfle, ancre de ton corps,

    Jamais la même et pourtant familière,
    Dans ton jeu, pour autant le Joker,
    M'adapte à tes besoins sur tapis vert
    Pour te donner une main d'enfer,
    As du sérieux, feras tu l'affaire ?

    RépondreSupprimer
  35. Don Pedro Cojones9 mai 2010 à 10:01

    Don Pedro Cojones, arborant haut sa pique
    N'ayant oncques laissé dame sur le carreau
    Cherche sa Dulcinée pour vivre amour épique
    Ou rien, belle gitane aimant mon sombrero,
    Charnue comme il se doit pour attirer mes doigts
    Vers ses courbes guitare et, le temps d'un accord,
    Changer du jeu la règle, en contourner les lois
    Oublier qui est qui dans notre coeur à corps.

    RépondreSupprimer
  36. Cher tricheur des dix manches,
    Sache pour ta gouverne que je ne triche jamais. Mon truc, c'est le bluff.
    D'accord pour une partie fine. Pour les modalités, je te laisse carte blanche. Moi, j'ai ma carte bleue, et je mise gros sur toi.
    La main, je te la laisse... mais sache à tout moment que je me tiens prête à couper.

    RépondreSupprimer
  37. Dulcinea del Toboso9 mai 2010 à 13:39

    Dans mon jeu, si tu le veux, digne sombrero
    Peut etre logeras tu haut ta belle pique,
    Si seulement ta main se fait puissante mio caro,
    Sur les courbes de mon amphore, sois magique
    Viens pour ce cœur à corps qui nous rendra loco
    Au vrai grand départ pour ces monts et merveilles
    Dans cette danse échevelée à l’acmé des sens
    Je veux vraiment que tu sois mon sombre héros
    Moi, Dulcinea, à jamais ta sans pareille,
    Prete moi ta plume et sois mon tendre Pierrot
    Laisse ton écume salée surgir à flots,
    Inonder mon calice dans le lent soubresaut
    Qui mene si haut... es tu mon alter ego ?

    La flamme du jeu brille dans mes yeux
    Plaisir anticipé d'une belle mise à feu,
    Comment ne pas dire à l'infini : sois heureux,
    Doux, tendre, tout sourire et surtout amoureux

    RépondreSupprimer
  38. bandit pas manchot
    cherche demoiselle "emportée par le full"
    pour aller boire un verre au bar "Bara" et si la roue tourne, nous réserver une suite.

    Plutôt joueur, je suis prêt à tout pour t'entendre dire : rien ne va plus

    RépondreSupprimer
  39. Dame de coeur se dit qu'elle a du faire erreur,
    Don Pedro sonne haut dans ses belles promesses
    Et cherche l'As du sérieux qui offre son coeur,
    Tout ce vent serait pour une seule histoire de fesses ?

    RépondreSupprimer
  40. Dulcinée délaissée10 mai 2010 à 08:46

    Soit, la partie est jouée, éperdue,
    Quittons ces lieux du crime,
    Ma mise n'est pas de la frime,
    hélas suis seule à en etre convaincue :)
    Impair et manque, la banque a sauté
    Pour cet esprit marivaudé
    Sois heureux sombre amoureux,
    et reçoit tous mes voeux ... de chaste félicité

    RépondreSupprimer
  41. Don Diego Cojones alias...10 mai 2010 à 12:26

    Ouh la, ma Dulcinée ! Quelle ardeur, quelle fougue !
    Vite un heaume, un cheval, mes éperons, ma dague !
    Tu m'appelles, j'accours, la pique aux cieux dressée,
    Un ange en est témoin dont la fesse est blessée
    Par ma lance égarée, c'est la hâte, la peur
    D'avoir perdu ton coeur, ma gitane, ma fleur,
    Quoi ! Diego Cojones faire attendre une dame !
    Me voilà à tes pieds, je déclare ma flamme,
    Je suis ton hidalgo, sombre héros amoureux
    De tes mots, de ton corps, de tes yeux langoureux.
    Toutefois... Un détail, oh ! De peu d'importance,
    Mais qui pourrait, qui sait, changer ta contenance.
    Sache que mon armure enferme une surprise.
    Personne n'est parfait, c'est une chose acquise,
    Et pour parler d'amour, toute feinte est permise,
    Le loup se fait agneau et le marquis marquise...

    RépondreSupprimer
  42. Dulcinée, rescussitée ... et curieuse10 mai 2010 à 13:45

    Ouf ! j'espérais ne pas rester sur le carreau
    Ta pique serait donc celle d'un autre héros
    Depuis qu'en Bardot Dom Juan s'est fait femme,
    Qui peut te garantir, Diego le bien nommé,
    Que l'ami Cyrano n'est pas grimé en Roxane,
    Ou le fin Sancho travesti en Dulcinée ?
    Si pour parler d'amour toute feinte est permise,
    la flamme, elle ne peut être que de mise !
    Qu'importe le contenu, pourvu qu'on ait l'ivresse,
    Chèr(e) inconnu(e), c'est encore une histoire de fesses !
    Aux plaisirs défendus ne suis opposée,
    Restant entendu qu'il me faudra oser
    Aborder d'étranges rivages si nouveaux,
    Qu'importe ton ego, Diego, Pédro, Pierrot
    Pourvu que le train alterne trot et galop,
    Pour une chevauchée fantastique en duo...

    RépondreSupprimer
  43. Petite bille sans couleur,
    Cherche case où loger son coeur,
    A la roulette des sentiments,
    Sous la houlette d'un bel amant
    Pour lui monter le rouge aux joues
    Et plus encore je l'avoue ...

    RépondreSupprimer
  44. Don Pedro Cojones ou Flor del Ovario11 mai 2010 à 04:22

    Les cojones, les vrais, sont rares de nos jours
    Et se cachent parfois en des lieux improbables.
    On les aime pourtant et les cherche toujours
    Même si dans nos doigts ils deviennent du sable.
    On s'est trompé, tant pis, le jeu vaut la chandelle
    Et la chandelle un vît quand elle est haut dressée.
    Par amour de l'amour et du mot bien troussé
    Tu deviens Cyrano et moi belle infidèle,
    Don Pedro Cojones ou Flor del Ovario,
    Pour elle tu es lui, pour lui je me fais aile,
    L'un s'essayant à l'autre ou bien à contrario,
    Mais qu'importe l'atour tant qu'on y met du zèle ?
    Pour toi ma Dulcinée je combats les moulins
    Et pour toi Cyrano je redeviens précieuse.
    Christian me plaît aussi, et Margot et Philinte
    S'ils ont ton tour de plume et ta verve joyeuse,
    S'ils me font entrevoir mille mots et merveilles.
    Pour un vers élégant, on change de rivage,
    On renie ses penchants, on se prend pour l'abeille
    Volant de fleur en flor, on n'est pas vraiment sage.

    RépondreSupprimer
  45. Quel style ! Quelle élégance ! ... mille mercis
    Tenir la cadence est un vrai beau défi,
    Que tu sois Flor ou Diégo, qu'importe : je suis !
    Point de banco, partie relancée, ah que oui !
    Enfin le jeu, le vrai peut alors commencer,
    Fleur et tige, en un lent vertige balancés
    Au gré des courants de l'amour et du hasard,
    Et sans que cela ne me semble bizarre,
    Tu as choisi d'être aile... je serai donc île
    Pour ma belle, poser ta nuque gracile,
    Offerte au souffle tendre et doux de Cyrano,
    Qui son âme à nu, pour une fois sans verbe haut
    Laissera parler le si profond silence
    De la danse des coeurs à corps en confiance.
    Pour te plaire, je serai le beau Christian,
    Mais jamais, te le promets ne serai ruffian,
    Amical et ouvert à tous tel Philinte,
    Sous mon archet montera la douce plainte,
    De Roxane alanguie... si tu le veux aussi
    Entre vit et chibre, hélàs encore j'hésite,
    Oh, les deux vibrent d'une ardeur implicite,
    Mais franchement est-ce déjà le bon moment ?
    Dis voir, précieuse Flor, apaise mon tourment
    Quand j'en suis à imaginer les délices,
    Que ta langue déliée ferait sur ma peau nue
    Sous la caresse d'une brise complice,
    Dans le chant des vagues en accord impromtu ...
    Hum...qu'il est bon parfois de se laisser aller
    Sans a priori vers de plus larges contrées :)

    RépondreSupprimer
  46. Doña Flor Cojones del Ovario del Maraton12 mai 2010 à 16:43

    Tu relances, je suis, mais tu doubles la mise.
    Alors je tire en tête et j'évite l'impasse
    Pour avoir tes honneurs. L'ouverture est exquise
    Car elle est ambigüe. J'hésite. Ou bien je passe,
    Ou bien je joue je brûle, au risque de flamber.
    Sans tout à fait craquer, je fais monter l'enchère
    Mais ta main est experte et me ferait tomber
    Si je n'y prenais garde au fond de la rivière.
    Je me défends, je tiens, hélas il est trop tard.
    Ta langue de Molière à mon cou nu m'égare,
    Ton âme sous tes mots, mon aile sur ton île,
    Nos vers entremêlés, vingt rimes malhabiles,
    Le chant de ton archet, le "je" de la chandelle,
    Le tu turlututu, l'et-moi se fait la belle,
    Je m'emballe, je rue, non ce n'est pas un rût
    Mais avec toi en tout je suis à toi et tu.
    Cependant il me semble, ma douce et tendre fleur,
    Qu'il est temps désormais qu'un homme de valeur
    Ose enfin relever le défi de nos jeux
    De nos mots de nos coeurs,enfin bref de nous deux.

    RépondreSupprimer
  47. Roxane ... à nu13 mai 2010 à 07:42

    Flor, ma douce, à toi je peux bien le dire,
    La quinte annoncée est pour le seul Cyrano
    Encor faudrait il qu'il ose se manifester !
    Je l'imagine ni trop grand ni trop petit,
    Juste à la bonne hauteur, son coeur à mon coeur,
    Le nez certes un peu fort, peut etre un début de calvitie aussi,
    Qu'il masque avec effort, mais surtout un bel esprit,
    vif, brillant, curieux, prompt à sourire,
    joyeux conteur, homme de belles paroles,
    parfois il se prend pour Christian,
    au piège du paraitre, homme du JE à tout va,
    il avance - carpe diem - tout à son plaisir.
    Sa voix est chaude et me remue aux tripes,
    mais plus encore ses belles mains puissantes
    Pourvu qu'il baisse sa garde : je sais bien tous les trésors qu'il à offrir
    Piquant mais si doux à l'intérieur : et non, il ne s'agit pas ... de poil incarné ! même si je l'ai dans la peau
    Homme pirouette il voudrait s'engager, mais ne sait que passer d'une fleur à l'autre, papillon des temps modernes, je l'imagine zappeur du net, amoureux de l'Amour, à chercher bien loin ce qui est sous ses yeux... Peut être passera t-il ici et comprendra la main que je lui offre ; et s'il n'en n'a guère envie, à défaut d'être sa vie, je serai l'oreille amie, impertiente à mes heures, mais toujours prompte à le soutenir.
    Finies les rimes malhabiles, il n'y a plus de jeu, le coeur en déroute, j'ai fait banqueroute.
    Merci pour ces délicieux moments où te lire, Flor ou Don Diego, m'a procuré un plaisir
    à la fois surpenant et troublant.
    L'idée du site est géniale : j'adore !!!

    RépondreSupprimer
  48. Doña Flor Cojones del Ovario de la Conclusion13 mai 2010 à 13:19

    Tes derniers mots, Roxane, ont su toucher mon coeur.
    On cherche tous l'amour, qu'on l'ait trouvé ou non
    Car il est bien trop grand pour tenir dans un nom,
    Un rêve ou une histoire. Il n'est pas d'âme soeur
    Mais il est des moments, un jeu, un rire un pleur
    où l'on rencontre l'autre et c'est déjà beaucoup,
    Et c'est tout un poème et la suite on s'en fout,
    Il n'y a pas de suite, il y a juste autre chose
    Qui durera aussi ce que durent les roses
    Puisque l'on n'est jamais ni tout à fait le même
    Ni tout à fait un(e) autre. Il faut dire je t'aime
    Pourtant à Cyrano(te), à Ninette ou Christian,
    A l'ami(e), à l'amant, à l'oiseau, à l'instant.
    Je deviens bucolique, arrêtons, il est temps,
    Mais pas sans t'avoir dit que l'espace d'un jeu
    J'ai aimé ton humour et ton émoi joyeux.
    Don Pedro Cojones, le vrai, c'est sûr t'attend.

    RépondreSupprimer
  49. Femme jusqu'au bout des sens, cherche homme caressant, le temps d'une aventure. PAR TOUCHEs délicates, sans verbe TRANCHANT et BARRIEREs levées, je lui promets JOA sans compter, sur le tapis EMERAUDE des temples du jeu.
    Messieurs, faites vos jeux !

    PS : préparez vos martingales, pour assouvir ma fringale, qu'importe si c'est illégal !

    RépondreSupprimer
  50. Joueuse endiablée cherche partenaire de coeur, pour aller à sa main et faire sauter la banque

    RépondreSupprimer
  51. Telle le phoenix ...16 mai 2010 à 04:09

    Cyrano attend, Roxane aussi : que de temps
    Perdu pour qui sait sa vie sans rien d’infini !

    Oublions vite ces mots que la déraison
    Qui souvent accompagne la folle passion,
    A fait transcrire à Roxane dans un court moment
    De très doux abandon. Et fort heureusement,
    Dulcinée reprend ses esprits, chasse les maux,
    Laisse parler ses racines paysannes
    Et très gentiment morigène Roxane,
    Prise au piège dans la mélodie des beaux mots…

    L’espace d’un instant, elle a cru, la chérie,
    Que ces lieux Don Pedro, le vrai, l’unique,
    Viendrait à hanter, pour des amours épiques,
    Quelle illusion ! aujourd’hui elle sourit
    A toutes ces femmes en elle incarnées,
    Qui de son être sont peut être bien les clés
    Catharina, la jeune chatte sauvage
    Que Petrucchio mit à son avantage
    Florine à l’oiseau bleu, et si résolue,
    Anne la si curieuse qui tombe des nues
    Marie aussi, la généreuse qui pardonne,
    Ou encore éprise d’absolu, Antigone,
    Portia et Nérissa aux yeux malicieux,
    Brunehaut farouche amante d’un demi dieu
    Killashandra Rey chanteuse des cristaux,
    Cassandre enfin, qu’un dieu jaloux condamna
    A savoir, sans être entendue, ce qui sera
    Toutes, se transforment pour aller bien plus haut
    Ni tout à fait la même ni tout à fait une autre…

    Mais si – par le plus grand des hasards – il venait
    Et si – ô miracle ! - la main qu’hier j’annonçais
    Lui donnait envie de découvrir la saveur
    D’une rencontre en cœur à corps et tête à cœur …
    Rien n’irait plus au royaume des casinos :
    La timbale, le jackpot seraient décrochés !

    Ne serait il pas pour une fois joli,
    De croire en la magie d’un Frankenweenie ?

    Merci à toi, Dona Flor pour ta gentillesse,
    Que ton monde soit plein de douce tendresse,
    Il est des instants où le parfum d'une rose,
    Dure plus longtemps q'une simple petite chose.

    RépondreSupprimer
  52. Chère Barbara la bluffeuse avec carte bleue sur fond de tapis vert, tu oserais couper sans atouts mais à pique, j'imagine ?
    Attention, je vois à travers ton jeu . Et si tu es sincère, je te propose d'inviter ce bandit, dit le manchot, qui te voit déjà comme un Bar bara, a t il perdu son bras par un coup porté par toi...
    Rien ne va plus , mademoiselle ...à vous de jouer

    RépondreSupprimer
  53. petite joueuse du samedi18 mai 2010 à 11:22

    Petite brunette intello mais pas snob cherche as de coeur capable de mettre le mien sur carreau K O sans autres atouts que de savoir jouer et miser sur la carte du plaisir ...
    Diseur de bonne aventure s'abstenir

    RépondreSupprimer
  54. Cherche main pleine de promesse ...

    RépondreSupprimer
  55. Adresse toi à la joueuse Barbara qui a la main, et souhaite tenir ses promesses.
    Et pourquoi ne pas proposer à Cyrano et Roxane de faire le Joker, car ils ne s'en sortent pas ,inquiétant leur petit jeu...

    RépondreSupprimer
  56. Doña Flor de Bergerac20 mai 2010 à 12:44

    Doña Flor, qui souhaite retrouver son sexe à part entière, est bel et bien une jokeuse. Dans son jeu, du joke et rien de plus. Si elle a la main leste et prompte à relever le défi,avec promesse de bottes et martingales inconnues, c'est par amour du jeu des mots, de l'escarmouche verbale et rien de plus... Alors ?

    RépondreSupprimer
  57. Alors, le Joker est en phase avec Dona Flor, un instant, il s'est senti agressé ... l'amour des mots et l'esprit léger, voilà qui lui convient !

    RépondreSupprimer
  58. Flor la jokeuse21 mai 2010 à 00:34

    Au joker : Les mots légers parfois nous échappent et perdent leur innocence dans leur envol. "Je" est un(e) autre, qui est hors-jeu.

    RépondreSupprimer
  59. Flor la jokeuse21 mai 2010 à 00:35

    Au joker : Les mots légers parfois nous échappent et perdent leur innocence dans leur envol. " Je " est un(e) autre qui est hors-jeu.

    RépondreSupprimer
  60. Roxane un brin vexée d'etre bradée à un Joker ...24 mai 2010 à 12:12

    A Anonyme

    Je te rassure, vraiment rien d'inquiétant,
    Comme tu peux le voir, Cyrano est absent,
    Roxane met cartes sur table dans ce jeu,
    Où l'amour des mots transcende un temps son JE,
    Sans pour autant perdre de vue que le thème
    De la rencontre de tous ces beaux "je t'aime"
    Ne vaut que pour la mise au tapis .. vert, bien sur !
    Ah oui, donne toi un nom ou un pseudonyme,
    C'est fanchement plus facile pour la rime,
    Et dévoile un peu ton jeu, parce que là, c'est dur
    De comprendre celui auquel tu veux jouer :)

    RépondreSupprimer
  61. A Roxane : Je te trouve un peu dure avec le Joker. S'il peut se substituer à toutes les autres cartes, c'est qu'il les vaut toutes. En outre, son premier métier étant celui de bouffon du Roi et de la Reine, c'est à lui qu'incombe la noble et dure tâche de nous faire rire... Nous attendons....

    RépondreSupprimer
  62. Faites vos jeux, mais n'en faites pas trop
    Sur la pointe de tous ces mots
    Je veux glisser intermezzo
    Et s'il est un trèfle à carreaux
    Sonnant la mélopée d'une âme Caballero
    J'irai bien rimer avec en Eldorado

    RépondreSupprimer
  63. Hou là ! L'une ne veut que des rimes, l'autre des rires ... gentes dames, cela vous sierait-il que je me prenne les pieds dans le tapis ... histoire de faire une bonne chute :)
    Bouffon je suis, bouffon je reste, tantot abscons, tantot pénétrant ... le tout est de savoir quelle main je prends, si je deviens roi de trèfle ou 2 de carreau, atout coeur ou homme de pique : faites vos enchères, je m'adapterai dreling, drelang, chapeau branlant, bien bas pour vous servir :)

    RépondreSupprimer
  64. Il ne siérait pas que je Joker se prît le tapis
    Auquel cas le jeu serai fini
    Quant à la main à retenir
    Qu'il se donne aux enchères
    Et s'adapte sans coup férir
    Je ne sais s'il faut être fier
    De mettre ainsi son coeur à l'encan
    Et peut-être de s'avouer perdant
    Cher Joker soyez galant
    Soyez drôle soyez charmant
    Mais ne servez pas les sentiments
    si volages si changeants
    Faites plutôt table rase
    de votre esprit Pégase
    Et parlez du coeur
    Tantôt drôle tantôt grave
    Afin de toucher le mille
    De nos âmes versatiles.

    RépondreSupprimer
  65. Roxane, par la sonnette attirée28 mai 2010 à 12:03

    A Doña Flor ...et au Joker

    Nous voici donc avec un Joker, un bouffon,
    Parfait pour un poker menteur, sans illusion
    S'adaptant à toute main sans contrefaçon,
    Valant tout dans l'absolu et qui sait,
    Peut être rien non plus, nul n'est parfait
    A aimer tout le monde il n'aime en fait person.
    Soit ! pour un rire, un sourire
    Je veux bien changer de Messire...
    Chantre du dreling drelang, à toi de jouer
    Pas moins d'un brelan, si tu veux continuer

    RépondreSupprimer
  66. Roxane : ose l'Inconnu(e)28 mai 2010 à 12:15

    A Anonyme,
    Te lire est un plaisir et je dois convenir
    Que si j'étais LE Joker je me laisserai
    Tenter par le jeu risqué de l'honneteté
    Quitte à laisser ma tenue pour mise au tapis
    Une idée saugrenue traverse mon esprit
    Au diable la vertu, j'ai les images aussi
    Oooops ! me voici confuse et à sa merci

    RépondreSupprimer
  67. Au Joker, à l'Inconnue, à Roxane....
    L'inconnue vise au coeur, Roxane la coquine
    En est au strip poker, la brunette à carreaux
    Sort sa carte intello et Barbara la fine
    Emportée par le full a fumé tous les mots.
    La concurrence est rude et je ne sais que faire
    Pour plaire à ce joker ! Je rime, j'allitère,
    Je frime, je césure et j'alterne et j'apaire
    Pour l'avoir à l'usure, hélas ! Il est de fer !
    Mais tout n'est pas perdu, j'ai encor dans mon jeu
    Une dernière carte et elle est infaillible.
    C'est la carte du Tendre et on la joue à deux,
    Enfin, en général. Dis-moi ce que t'en semble...

    RépondreSupprimer
  68. A Celui, à celles qui jouent la partie sous cape...

    Tenez bon la rampe des désirs promis
    Car si les mots sauvages que vous souffle
    L'ange sur votre épaule
    Sont comme un bel équipage
    Que l'on prépare pour des sens le voyage
    Il est certain qu'un jour un abordage
    Tout en langueur tout en douceur et en présages
    D'amour patient et sans mirages
    Fera de vos jours et de vos nuits
    Le plus beau des horizons chimériques
    Et qui sait sans doute quelle nouvelle Amérique
    Accueillera vos corps épanouis
    Vos coeurs soulagés
    De naître enfin
    A la clarté d'un destin.

    RépondreSupprimer
  69. Tapis rouge ou tapis vert
    Rien ne bouge où l'on se perd
    Passion pourpre art de la chair
    Burlesque pair ou impair
    Je m'en vais et laisse faire
    La lumière à Lucifer
    Sur l'amour je sombre à faire

    Je vous laisse à vos affaires
    Je te surveille Joker
    Mais ces dames sont légères
    Et donc sur un ton moqueur
    Je te propose de faire
    un tango avec mon coeur
    Un pas à droite tu pleures
    Dévoilé de jambe en l'air
    Mais c'est trop tard je te perds

    Tango tango pair impair

    RépondreSupprimer
  70. Il me semble qu'en mathématique, science s'il en est hermétique,
    Une inconnue est une valeur indéterminée, quoiqu'en pense la physique.
    Et pourtant cette valeur est immuable, ce sans vouloir miser pique...

    Aussi ces mots s'adressent à une joueuse inspirée
    J'ai nommé la frémissante Roxanne
    Laquelle est sans doute de celles pour qui les Cyrano se damnent.

    Mais sais-tu à qu'à penser à la pièce de Rostand
    Où l'héroïne se laisse à plaisir conter fleurette
    Jusqu'à la fin illusionnée par un amant sans tête
    Aux dépens d'un coeur altier timide quoique conquérant
    Je me demande si Roxanne existe vraiment ?

    En des mots moins obscurs, chère Roxanne,
    Cyrano devra t'il te rechercher dans les limbes
    En Enfer, aux cieux, ou ailleurs ?

    RépondreSupprimer
  71. Roxane espiègle29 mai 2010 à 14:57

    A Anonyme,

    Cette Roxane ci connait la fin de la pièce
    Sans illusion sur Christian peut etre très beau
    Mais dont l'esprit ne saurait valoir Cyrano,
    Capable, comme elle le sait de bien des prouesses
    Pour qui la connait bien il ne peut s'y tromper
    Dans un moment de faiblesse elle s'est dévoilée
    Il te suffit lecteur averti de bien voir
    La mise qu'elle fit ici un jour de l'impair,
    Censé porter malheur ou chance pour en croire
    Ceux que la superstition mène droit aux Enfers

    Et pour répondre à ta question, laisse tomber
    L'Enfer, comme elle l'a fait il y a peu de temps
    Imagine plutôt le Paradis des Glands
    Tel que Scrat le futé aurait pu le rêver
    Je vais te dire un secret : Roxane tient ses promesses ... chut !

    RépondreSupprimer
  72. Le Joker de la Giralda30 mai 2010 à 00:52

    Carmen,
    Cruelle qui dévoile une jambe pour aussitôt se retirer ! Pour un pas de deux je t'accompagnerai au son du tango tengo : je te prends, te retiens, te caresse et te reviens, tu ploies farouche dans ce jeu où chacun donne mais à son prix, escarmouche d'une fine mouche !

    RépondreSupprimer
  73. Le Joker du Tendre30 mai 2010 à 01:02

    A la fleur d'entre les fleurs, celle dont le parfum des mots laisse un troublant sillage de promesses à venir : cheminons donc sur la carte du Tendre, celle qui rassemble ceux dont les yeux sont des étoiles au firmament des lendemains qui chantent.
    Pauvre Joker qui ne sait allier ni rime ni frime,
    Et ne saurait manier le clavier avec ta dextérité
    Trouvera t-il grâce à tes yeux, malgré son regard chaviré ? Ou bien n'est-ce que châteaux en Espagne ?

    RépondreSupprimer
  74. Le Joker de Bergerac30 mai 2010 à 01:10

    A la fille de Rostand,
    Me grimer en Cyrano sera facile, fier, bravache et si grotesque (comme le dit Théophile) avec ce nez qui fâche, mais je crois la place prise, il te faudra te contenter du beau Christian, simple et banal, que dis-je ? normal, si tant est que ce le soit de se pâmer pour une belle cultivée... à moins que nous ne soyons 3 formant ainsi le brelan recherché :)

    RépondreSupprimer
  75. Le Joker du Bar ...30 mai 2010 à 01:14

    Voili, voilou ... me voici tout guilleret, sonnez clochettes, tremblez tristes barbons, ai-je oublié quelqu'un dans la distribution ?

    Belle Barbara, dame au full impertinent, que puis je faire pour compléter ta main ? Peut être un As de pique à carreaux attifés juste pour faire rire ton coeur amusé ?

    RépondreSupprimer
  76. Chère Roxanne, tu es drôle et impertinente
    J'ignore qui se cache sous tes phrases qui aimantent
    Mais sache qu'à mes yeux derrière tout Cyrano
    Un bien malheureux armé seulement de mots
    Palpite un coeur gros et la mauvaise enveloppe
    Pour séduire et garder l'exquise Pénélope

    Anonyme je suis la partie qui se déroule
    Et sais bien voir à demi que le full
    Auquel tu prêtes ta main chère et douce Roxanne
    Est l'esquive ou la feinte de quelque belle âme.

    RépondreSupprimer
  77. Doña Flor Olonhnée30 mai 2010 à 10:04

    Au tendre Joker : Moi qui ai le nez aussi fin que long, je sais que les mots dont le parfum subsiste ne sont pas toujours les plus brillants. Seuls ceux cueillis au jardin de vérité ont ce pouvoir troublant. Tu sais choisir les tiens. Pour chacune de nous un parfum différent, capiteux et soufré pour Carmen, parfum de tête pour Roxane, pour Barbara clochettes du muguet et pour moi, parfum d'étoiles qui s'obstinent à briller alors qu'elles ne sont plus. J'aime tes mots ricochets qui font des petits ronds à l'intérieur des grands en tombant sur mon coeur.

    RépondreSupprimer
  78. Doña Flor Olonhnée pour la réhabilitation de Christian l'incompris30 mai 2010 à 10:16

    A Roxane : Chacun son vilain nez. Celui du beau Christian, c'est la lourdeur des mots, mais il aime Roxane autant que Cyrano. L'un est naïf et pur, l'autre connaît ses forces, l'un sans l'autre n'est rien. Les apparences sont trompeuses, celle des mots autant et parfois plus que celle d'un visage.

    RépondreSupprimer
  79. Au Joker : Tu as oublié l'Inconnue de notre équation à 5, 6 ??? inconnues. Une valeur immuable et un joker inconstant, qu'est-ce que ça peut donner ??

    RépondreSupprimer
  80. Le Joker, façon HAL 9000,31 mai 2010 à 04:30

    A MaDoña l'aiguisée,

    Ô Temps, suspens ton vol ! Qu'importe alors l'Immuable et l'Inconstant, les voici dans le même univers et soumis aux mêmes lois :)
    Changeons de surcroit l'échelle, accrochés aux barreaux de l'Infini, il ne reste que poussière, peut être à peine une bille qui tourne et tourne encore dans l'Espace quand les jeux sont faits !
    A te lire, gente Dame ... avec grand plaisir

    RépondreSupprimer
  81. Le Joker, follement amusé,31 mai 2010 à 04:39

    A Anonyme, que Roxane intrigue

    Manifestement Cyrano est absent de ce jeu, te sierait-il d'être le tiers du brelan que nous formerions ensemble ?
    Attention ! Joker je suis, et donc m'adapterai à tes envies et à ton jeu tout comme à celui de la vive et passionée Roxane : laisse parler ton imagination, ose donc le Bouffon et les fruits défendus des alliances impromptues . Qu'en penses tu, toi qui n'est de nom revêtu/e ?

    RépondreSupprimer
  82. A tiers tiers et demie
    Ton invite je suis
    Et laisse libre la bride
    Sur mon imagination jusqu'à présent retenue
    Mais sache que se prénommer Joker
    C'est une identité sans mise à nu
    Tu joues tu mises et au final sans impairs
    Veux emporter l'arbre aux fruits défendus
    Cependant je donnerais bien la main
    A quelqu'un(e) brillant(e) dehors et dedans
    Mais ne la passerais pour autant
    A un Joker sans sentiments
    Par contre, si tu relèves le gant...

    RépondreSupprimer
  83. Roxane perplexe et peut être sérieuse, quelle horreur ! ,31 mai 2010 à 11:17

    Ah Flor, je te remercie de me rappeler
    Que les mots parfois sont de dangereux alliés, Et que bien plus qu'une colichemarde
    Ils font place à l'indésirable Camarde,
    Pour qui trop y croit, miroir aux alouettes
    Mais d'un autre côté, de jolies fossettes
    Au charme naif peuvent abuser ta confiance
    Si tu ne vois au-delà des apparences...
    Allons ! lançons très très fort la roue du hasard,
    Et parions sur son humour parfois très bizarre
    Qui donne à Roxane les mots de Cyrano,
    Prête à Cyrano l'habit de Christian
    Et à Christian l'esprit d'un amant,
    Quand Anonyme et Joker sont incognito
    A voir quelle suite ce sera pour mise au pot

    RépondreSupprimer
  84. Doña Flor cosmonaute31 mai 2010 à 12:34

    Au Joker : Prête au décollage pour vivre avec toi une odyssée intergalactique à l'échelle de nos rêves. Sourds aux sirènes du réel, accrochés l'un à l'autre pour mieux leur résister, voltigeons d'étoile en comète dans l'espace-temps de nos coeur, dansons sur la pointe des mots. Si notre infini n'est que néant, nots mots n'y flotteront que mieux et Cupidon, qui sait, les pêchera à la ligne.

    RépondreSupprimer
  85. Doña Flor Cojones31 mai 2010 à 12:39

    A Roxane : Devant la pénurie de Cyrano et de Christian, je crois que seuls l'Inconnu(e) ou le Joker peuvent faire quelque chose. Moi je ne peux pas, j'aurais l'impression de trahir Don Pedro Cojones qui lui ressemble un peu et qui est mon frère jumeau... Tout de même, ce joker, quelle santé !

    RépondreSupprimer
  86. Le Joker, pas encore couché,31 mai 2010 à 19:11

    A Anonyme,

    Je suis le Fou,le Mat, celui par qui tout arrive et peut changer,homme de raison ou de déraison, parfois aussi Excuse, qui aux mains d'un bon joueur permet de mener le Petit au bout.
    Je ne saurai te dire si je suis brillant du dehors, des plumes du Paon je puis me parer, mais ne serait ce pas au final qu'un dindon troussé ? de paillettes je puis m'habiller, mais ne serait ce pas que poudre de Perlimpimpin ? Trouverai-je grâce à tes yeux ? Quant au dedans, il faudrait être bien fat pour le prétendre, et je ne suis que Mat, dans cette partie d'échecs que tu me proposes. De moi tu pourras agir à ta guise, la seule chose que je ne saurai souffrir c'est que Roxane, pas si innocente, mais belle âme sans doute ainsi que tu la ressens, soit la victime de notre jeu ouvert. Dis voir, si je relève ce gant que tu me proposais hier, quel Arcane seras tu dans cette Tierce majeure à composer ?
    Le Fou aussi a un coeur qui bat, boum boum de nos (d)ébats.
    Une question encore : ton gant est-il de fer comme aux Chevaliers, de bravoure comme aux Mousquetaires ou de velours comme il sied à Gilda ? J'ai beau être Fou, tant qu'à être roué, je préfère la caresse de la soie à l'âpre gifle du métal :)

    RépondreSupprimer
  87. Le Joker, prêt à décoller,31 mai 2010 à 19:21

    Pour Doña Flor,
    A tout vaillant guerrier des mots, il faut un hâvre de paix où se ressourcer.
    Flor, Etoile de mes nuits, altière reine de l'Espace infini de mon coeur, c'est avec joie que je m'en vais de ce pas confier à Morphée le soin d'organiser notre rencontre en son domaine. A demain sans doute, belle plume, pour un voyage hors du Temps, à joindre nos voix émues au chant des Etoiles.

    RépondreSupprimer
  88. Doña flor d'humeur à muser1 juin 2010 à 04:39

    Au joker fou :
    Au clair de ton rêve
    J'ai plongé ma plume
    A l'encre légère
    De tes mots de lune
    Et j'ai levé l'ancre
    Bien loin des écluses
    Avec à mon bord
    Pour unique Excuse
    Un fou bouche d'or
    Joueur de mandoline
    Pour sa Colombine
    Parfois Arlequine
    Bouffonne ou minette
    Costume à facettes.

    Cher Loco, sombrero bas couvert de plumes d'oies pour tant de beaux mots.

    RépondreSupprimer
  89. Au Joker de la Giralda ...

    Joker, que je sois tango ou non
    Je ne conjugue "tengo" qu'à mon nom.
    L'amour est enfant de bohême,
    Il n'a jamais connu de foi,
    Et bien peu importe qui m'aime
    Pourvu que l'amour vienne à moi!

    Mes amants dans ma tabatière
    Avaient une saveur altière.
    Tous consumés jusuq'à leur filtre,
    Nous avons sauté chaque mine.
    Ce qui comptait était de vivre
    L'amour fumet de nicotine!

    Te sens-tu prêt à sauter le pas
    Des relations antipersonnelles?
    Voudrais-tu voir détruit ton toi
    Dans une relation exceptionnelle?
    Réfléchis et si c'est le cas
    J'accepte une passade passionnelle.

    RépondreSupprimer
  90. Doña Flor de los claveles1 juin 2010 à 11:50

    A Carmen :
    Si toi tou es tango
    Moi yé souis flamenco
    Alors fais atencion
    Parce que j'ai la pasion
    Le corazon fuego
    Et c'est pas un juego.
    Tacatac ayayaye !
    Si tou as des entrailles
    Jouons l'hombre aux dés
    En foumant oun tarpé,
    Après on ira boire
    Et bailar jusqu'au soir
    Una seguedilla
    Tout près de Sevilla.
    J'offre la bebida.

    RépondreSupprimer
  91. Roxane, intriguée .. peut etre son intérêt éveillé,1 juin 2010 à 12:11

    A Anonyme,

    tu sais parler sans pour autant te dévoiler
    Suis intriguée et voudrai en savoir plus
    Sur Anonyme qui préserve si bien son nom
    mais dont je sens, c'est certain, quelque affinité,
    Dis voir, toi qui par tes mots retient l'attention,
    pour quelle vraie raison souscris tu la Tierce
    Que le Joker a proposé ? Ext-ce bien plus
    Pour l'Amour du jeu ou l'attrait de Roxane ?
    Tu vilipendes le nom d'emprunt, du moins a t-il
    Le mérite d'indiquer son art du paraitre,
    Tu veux rester sans nom, eh bien ainsi soit-il,
    mais je t'en prie reste doux envers Roxane,
    Je te sens indispensable à cette pièce
    Et voudrais vraiment apprendre à te connaitre,
    Oui, de toi il me tarde d'en savoir bien plus...
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  92. A Doña Flor de los claveles

    Doña Flor, si le tango
    Le dispute au flamenco,
    Le joker aura le choix
    Entre nos différents pas.

    Si je ne suis pas prêteuse,
    Je peux me tenir dans l'ombre
    Que tu puisses avoir ton Hombre...
    Ou trop me montrer charmeuse.

    Mais je ne reste joueuse
    Que lorsque l'Hombre le vaut.
    Il ne vaut pas là ce juego,
    Ni cette partie de gueuse.

    Alors, dis quelle est ta flamme
    Entre l'amie et l'amant,
    Car Carmen gitane et femme
    S'embrase rapidement!

    Buvons une sangria:
    Si le vin est notre sang,
    Il nous le refroidira
    Loin de ce brûlant amant?

    RépondreSupprimer
  93. Le Joker, en recherche de planche de salut,2 juin 2010 à 08:43

    Aie Aie Aie ! Me voici pion entre deux Reines, et bientôt la mise à terre ou en boîte.
    Caramba ! Quitte à être en bière, de loin je préfère la mousse entre deux jolies frimousses ...
    Quant au pas de danse, tango ou flamenco, pourvu qu'il y ait le tempo et pourquoi pas Carnaval ou salsa endiablée ? Le choix du lieu reste à la Dame.

    RépondreSupprimer
  94. le Joker, avant de partir en fumée,2 juin 2010 à 08:55

    Carmen

    tu promets, tu menaces, intransigeante et bravache, eh quoi ? tu n'aurais donc point de coeur et ne serais que piques ?

    RépondreSupprimer
  95. Le Joker, l'oeil en malice,2 juin 2010 à 09:01

    A la Dame du Clavier,

    franchement, sont ce là des manières de jeune dame bien élevée ? je ne serai donc au final qu'un pauvre hère que l'on mise aux enchères ? Dur de se voir mis à l'encan, sans doute objet de terribles cancans .... aaaaargh, clochettes en berne, je ne suis plus que coeur qui saigne !
    Au fait : à combien se monte la mise ?

    RépondreSupprimer
  96. Doña Flor del Claviero2 juin 2010 à 17:18

    Cher fou à clochettes, si tu joues avec le fuego, rien d'étonnant à ce qu'il joue avec toi. Moi, je ne suis qu'un feu follet et cette Carmen est un brasier, du moins, telle semble être la donne, mais le danger ne vient pas toujours de qui annonce la couleur. Te voilà pris entre deux feux, Jugador, prends garde à toi.

    RépondreSupprimer
  97. Le Joker, façon Pendu,2 juin 2010 à 19:45

    Mat en perdition cherche Baraka pour assurer son Jeu sur la Roue de ses Amours.

    RépondreSupprimer
  98. Le Joker, au Jeu suspendu,2 juin 2010 à 21:43

    Qu'importe si je brûle, et m'enflamme, tel le Phenix, je renaitrai pour vous réchauffer de mes ardentes larmes.
    Un brasier gourmand sans aliment bien vite s'éteint, un esprit follet peut égarer l'amant inconscient qui le suit ... s'il est mauvais.
    Flor du Marais, es tu Démone ou bien Ange ?
    Et toi, Femme qui si bien dévoile ta cuisse légère pour fumer le cigare, es tu(a)mante religieuse ?

    RépondreSupprimer
  99. Doña Flor del Claviero marécageux3 juin 2010 à 00:41

    A Carmen au sang-grillant la chandelle du jeu par les deux bouts :
    Flor des Marais (se) consume à feux plus lents que Carmen la gitane-tango, elle mitonne, elle apprête, en amitié comme en amour, joue de toutes les cordes de sa guitare et de son arc avant de décocher sa flèche au son des clochettes follettes et des castagnettes. Dansons le paso à paso triple sur la corde de nos mots tissée.

    RépondreSupprimer
  100. Doña Flor la misteriosa3 juin 2010 à 01:09

    Au joker inflammable : A la Ballade des pendus, je préfère celle des Dames du temps jadis :) Suis-je la Reine qui fit jeter Buridan dans un sac en Seine ou la Reine Blanche comme lys ? S'il est des feux follets porteurs de lanterne pour égarer le voyageur sur la voie du tarot/tao, il en est d'autres qui révèlent des trésors à qui ose les suivre. La réponse est cachée sous le voile des mots.

    RépondreSupprimer
  101. Le Joker ... décidément charmé,3 juin 2010 à 01:44

    Prends le Tarot, ôtes en le Tao, il te reste comme un air de véRiTé ... à moins que ce ne soit le début du repos

    et plutôt que lys dont le parfum est lourd je t'imagine telle ton esprit, en seringa frais et délicat

    RépondreSupprimer
  102. Doña Seringa du temps jadis, également charmée3 juin 2010 à 04:11

    Le seringa est le jasmin des poètes. La comparaison te sied comme le gant que tu as su élégamment relever. Ah ! On peut aussi faire des pipeaux de sa tige, mais promis, je ne t'en jouerai pas.
    Rendez-vous sous la 16e Arcane, juste à côté de la mienne (pas la 15e, non !)

    RépondreSupprimer
  103. Roxane, posant réclamation sur le sévice après vente,3 juin 2010 à 04:31

    Anonyme dans les limbes s'est perdu,
    Et restera sans doute méconnu,
    Laissant Roxane à demi perdue,
    Se demandant en quoi elle a déplu ...
    Il te suffit d'aller vers le couchant,
    Là où ciel et mer se rejoignant,
    Donnent aux êtres la douceur et l'allant,
    Qui comblent les coeurs aux tendres penchants.

    Joker, te voici bien déconfit,
    Promesse de tierce tu me fis,
    Hélàs rien ne me prouve ici
    Que tu as réussi ton pari !
    J'attends, bouffon, ton prochain dire
    Et gare à tes boules si pas de sourire,
    Je pourrai te soupçonner de mentir
    Comme tant d'autres respirent

    RépondreSupprimer
  104. Doña Flor Seringa de la gramatica3 juin 2010 à 08:19

    Euh... On dit UN arcane, pas UNE. Bon, ça arrive aux meilleurs, non ?

    RépondreSupprimer
  105. Le Joker, ravi d'avoir tant ri,3 juin 2010 à 11:12

    A la Dame aux mille effluves odorants,
    Merci pour la grâce du pipeau ... je peux bien te le dire, c'eut été un sacré coup de bambou ! Merci donc, pour ce bel éclat de rire, dont un sourire moqueur me reste encor' au coin des lèvres.
    Réjouissante Dame, es tu bien certaine que ton choix se porte sur la Maison Dieu ? Si oui, alors brisons les chaînes des certitudes et écrivons à quatre mains ces ailleurs à venir !

    RépondreSupprimer
  106. Doña Flor Ignoranta...3 juin 2010 à 12:25

    Ma foi, je dois t'avouer que ma connaissance du tarot de Marseille doit beaucoup à google... J'avais cru comprendre que la Maison Dieu représentait quelque chose de plutôt positif, mutation, renouveau, renaissance, et on me dit pas du tout, c'est le jugement de Dieu, l'Apocalypse. Bon... Là, oui, c'est un peu radical, mais si on survit à tout ça, je suis certaine que nous saurons faire quelque chose d'intéressant de nos quatre mains....

    RépondreSupprimer
  107. A doña Flor del claviero et au Joker, cette petite parabole

    Dame Cigale,
    Ayant chanté fleurette tout lété,
    Se trouva fort dépourvue
    Quand le célibat fût venu
    Pas le moindre petit blond
    Qui se présente à l'horizon

    Se rappelant son ex Joker,
    Elle alla faire une tentative
    Chez la fourmi son actuelle copine
    O fourmi, par solidarité de femme
    intérêt ou principal,
    Me prêterais-tu Joker?

    La fourmi n'est pas prêteuse,
    Mais en fait elle est joueuse,
    C'est là son moindre défaut.
    Elle ne jouera son hombre
    Que quand il lui fera de l'ombre...

    A moins que Joker ne décide de s'évader tout seul vers des cieux moins tourmentés,
    De chercher la carte du coeur,
    Trouver sa reine qui ne le piquera pas?
    Pour être mis à carreau comme ça,
    Il a dû zapper son trèfle à quatre feuilles...

    Que fera Joker? Doña Flor del claviero sera-t-elle fourmi ou cigale? Carmen, elle, reste gitane.

    RépondreSupprimer
  108. Le Joker, tel un lézard au soleil,4 juin 2010 à 04:42

    Joker s'adapte à toutes les mains, par nature, il est tout et il n'est rien ; juste bon à faire sourire parfois ou à ouvrir d'autres horizons ... mais il a aussi un petit coeur qui sait battre la chamade ou rougir d'aise sous les compliments, et plus important s'émouvoir de jolis mots et de bel esprit.
    Dame de la Maison Dieu, il t'appartient de relancer. Pour ma part j'aime nos réparties et ne peux qu'accueillir avec joie qui les magnifiera.
    Pffffttt ! dur d'avoir de la tournure après le repas et si beau soleil :)

    RépondreSupprimer
  109. Le Joker, presque lyrique (presque)4 juin 2010 à 07:55

    A Carmen,

    ta dernière stance ressemble à une invitation à la danse ... c'est beau et leger comme l'envol d'un papillon

    RépondreSupprimer
  110. Roxane, en partance,4 juin 2010 à 08:45

    A Anonyme du 30 et 31 mai,
    Je quitte pour quelques temps Sainte Croix
    Et m'en vais respirer l'esprit de la capitale,
    Peut etre même irai-je courir à Versailles,
    Me réjouir du mois Molière...comme il se doit !
    J'espère bien à mon retour, avoir le plaisir de te lire

    RépondreSupprimer
  111. Doña Flor de la crisis de los mecos4 juin 2010 à 14:17

    A l'impatiente Carmen :

    Dame Carmen sur ses talons perchée
    Pensant que Doña Fleur
    Tenait en son bec un Jokeur
    Lui tint ce beau et franc langage :
    - On manque d'hidalgos et je ne suis pas sage,
    Prête-moi donc le tien
    Même s'il s'appelle reviens !
    - Ma chère Carmen, répondit la sournoise,
    Ce raisin est trop vert et bon pour des goujates !
    Il ne saurait remplir ni ta main d'honnête femme
    Ni le creux de ta dent.
    Ce n'est à l'heure qu'il est
    Que du menu fretin
    Et bien qu'il se dise mat
    Je le crois bateleur.
    Patiente encore un peu,
    Enfin, si tu le peux,
    Petit poisson deviendra grand, qui sait,
    Si quelque rêve lui prête vie.
    En attendant ce jour,
    Allons dans quelque bar
    Etancher notre soif
    A d'autres jus de treille,
    Jouons aux dominettes
    Avec nos castagnettes,
    Dansons le fandango
    Pour d'autres hidalgos.

    RépondreSupprimer
  112. Doña Flor de la Godriola4 juin 2010 à 15:00

    Au joker au caleçon troué :

    Magnifions, cher Joker, magnifions donc ! Magnificat ! Faisons grandir la chose, je veux dire élevons-la à de plus nobles proportions, ça devrait être facile si tu t'adaptes à toutes le mains. Voyons cela à la loupe grossissante, parce qu'à cette heure-ci, ma vue baisse. La foudre divine s'est donc abattue sur la tour de notre château en Espagne, et ça tombe bien, il était temps d'en sortir. Me voilà donc complètement nue au bord d'une source, heureusement il fait chaud et tu lézardes au soleil. Tiens ? Un petit oiseau est posé sur la branche. Faut-il y voir un heureux présage ? Sans doute ! N'est-il pas symbole d'envol, de gazouillis sur le gazon, de galipettes sous les grelots (c'est juste pour l'allitération, bien sûr) ? Bon, je m'égare loin du propos, mais après tout, s'égarer pour un pèlerin, n'est-ce pas la meilleure façon de trouver un chemin qui ne soit pas tracé ? J'y battrais bien la campagne avec toi...
    A demain soir !

    RépondreSupprimer
  113. Le Joker, très grandi,6 juin 2010 à 10:53

    A Flor de la Godriola ... qui veut faire grandir la "Chose",

    Dame, ainsi donc tu veux faire grandir la chose ... hummm, voilà qui ouvre des perspectives audacieuses au voyageur en quête d'Etoile. Allons donc parcourir le Monde, ses vallées ombragées et ses lacs salés, ses monts aux regards cachés et laissons nous charmer par les murmures sursurrés d'une nature complice et enchanteresse.
    Un, deux, trois,
    J'irai avec toi,
    Quatre, cinq, six,
    Aux yeux de malice
    Sept, huit, neuf,
    En Eden faire un boeuf,
    Dix, onze, douze,
    Et que cela bouge !
    Au pas gracieux de la danse des elfes blancs
    Qui tournoient sous les rayons d'argent
    De la Lune rousse complice des amants
    Ouverts à la simplicité des coeurs d'enfant.

    RépondreSupprimer
  114. Le Joker, pas vraiment une âme de Bateleur,6 juin 2010 à 11:08

    A Doña Flor de la crisis de los mecos, also known as the "Merlette" ... à moins que ce ne soit sa cousine la "Grive"

    que vois-je ? je ne serai que Bateleur ? de Mat aux multiples facettes, me voici transposé en homme de foire, aux boniments incertains, tout juste bon à jongler avec quelques balles et jouer des marionnettes ? Ou bien n'étaient-ce qu'arguties pour mieux garder la main, Dame à l'esprit moqueur ?
    J'espère qu'au moins la treille fut bonne,
    Et que Grive repue a donné de la trille,
    Sans pour autant qu'elle n'étrille,
    Un pauvre hère que son chant passionne

    RépondreSupprimer
  115. Doña Flor unknown as the merlette7 juin 2010 à 00:18

    Doña Flor del romantismo - qué vous le tchatchez, il retorne au galope - au loco charmoso :

    Cher mat bateleur des mots et habile archer, même tes piques virent au compliment et pourraient me toucher au coeur.
    Grive-oise ou merle moqueur, jongleur ou joker, l'un(e) ou l'autre et peut-être aucun(e), allons-nous risquer d'effeuiller les mots, de boire à la source ? Ce serait tentant sous la lune ronde, la lune des fous, de danser à deux habillés d'argent.

    Trois deux un
    Donne-moi ta main
    Un deux trois
    Personne ne nous voit :)
    Quatre cinq six
    Déjà nos pieds glissent
    Un pas en avant
    Deux pas en arrière
    Tu pourrais me plaire
    C'est fort inquiétant
    D'où vient ce boum boum ?
    Du tempo des mots
    Forte non troppo
    J'en perdrais mes ploumes
    De merlette ou d'oie !
    Ca commence comme ça :
    Il était une fois
    Un prince, une fleur,
    Quelques baobabs,
    Au pays d'Ailleurs.
    La fleur aurait froid,
    Va savoir pourquoi,
    Mais un mot de toi,
    Elle aurait soleil,
    Elle se croirait belle.

    Au pays d'Ailleurs,
    Va savoir pourquoi.

    RépondreSupprimer
  116. Le Joker, d'Ailleurs ou d'Ici,7 juin 2010 à 07:51

    Au Pays d'Ailleurs,
    Tu prendrais mon coeur,
    Et je poserai sur tes épaules nues,
    Une cape légère telle ton esprit,
    Parsemée de gouttes de rosée,
    Que l'aurore viendrait nacrer de ses feux si doux
    Au Pays d'ici,
    Nous avons envie,
    Peut être de poésie
    Ou tout simplement d'Amis,
    Ou encore de toucher l'Infini,
    Et de (sou)rires aussi,
    Grive moqueuse, trilles joueuses
    Joker contrefait, qui sait ?
    J'aime ton esprit et me surprends aussi
    A attendre de te lire... quelques mots qui font mouche, quelques touches de beau, qui font briller les yeux de plaisirs à venir... belle aquarelle que celle du hasard

    RépondreSupprimer
  117. Le Joker au Pays des Merveilles,7 juin 2010 à 13:08

    A Doña Flor del romantismo,
    Douce Dame, n'oublie pas que dans ce JEU - ou bien est-ce danse JE - ton serviteur, le Joker n'est que miroir, plaise à ton âme...
    Allons il nous faut relancer la Roue, et faire bonne Fortune !
    Un, deux, trois, fait la bille d'ivoire en sautant,
    Quatre, cinq, six, elle choisit le ris,
    Sept, huit, neuf, se place sous le vent,
    Dix, onze, douze, apportez la binouze,
    Coeur de pirate pour une belle main ...

    Dreling Drelang : "si tu veux gagner la partie, soit tu joues coeur, soit tu triches" et sur ces mots de Cocteau, l'enfant terrible se prend pour le Chat de Chester et te donne son grand sourire :))

    RépondreSupprimer
  118. Flor del Acaso8 juin 2010 à 05:28

    Au joker d'Ailleurs et du Hasard :
    J'aurais mis ta cape et mon rire dessous, et j'y aurais trouvé une Perle Noire, un bateau pirate. On y serait monté pour voguer très loin avec à notre bord Roxane, Carmen, Barbara et d'autres. Je me serais appelée " Flor de la Sangria " et toi " Gato Vagabundo ". On se serait battus pour être Capitaine en buvant de la poésie au goulot. La bouteille serait tombée dans l'infini des sentiments. Elle y flotte encore.

    RépondreSupprimer
  119. Flor des Merveilles d'Ici8 juin 2010 à 05:51

    Au Joker d'Ici :
    Miroir, beau miroir, que tu réfléchis bien. Sans mentir, si mon reflet en toi ressemble à ton regard, je sais qu'il est profond comme un puit de vérité. Si j'y lance mon JE, tout de suite un écho le TU. Je vois dans ton JEU, car plus tu le caches, plus tu le découvres. Si tu joues à cache-cache, c'est pour qu'on te trouve.
    Je suis bille d'y-voir, mais pour autant, ne suis pas certaine de vouloir tourner encore et encore dans la roue de fortune au risque de tomber entre les mains de Barbe-Rouge. Le moment serait-il venu pour la Reine d'Ivoire de revenir à sa tour les poches pleines de tes mots gagnés ? Hélas gagner, c'est aussitôt perdre.
    Cher Fou, tu es le roi de la diagonale.

    RépondreSupprimer
  120. El Gato incognito, mais addicto,8 juin 2010 à 10:12

    A Flor del Acaso,
    J'imagine bien ce navire toutes voiles dehors, flotatnt au gré des éléments, au gré de nos envies, et des sentiments - forcément élevés - de cette belle assemblée. Il y manquerait peut être un bandit manchot ... Qué veux tou ... yé peut et' oune bonne santé ... mais yé ne souis pas non plous oune sourhomme ad nauseam :)
    Oh que oui, il voguerait ce fin destrier et ses voiles d'ambre solaire lui permettraient aussi de voler dans l'espace infini à la rencontre de l'aurore, de l'inédit, du beau ou de tout ce qui est - comme toi - profondément gentil .
    Ah oui, pas de Cyrano, en tout cas pas celui de notre Roxane : il me semble trop idiot de la laisser ainsi ... m'enfin, si ces dames le veulent bien, à vos désirs me plierai, à tes caprices répondrai - qui sait ? avec impertinence ou tendresse, c'est selon le gré du chant des amours naissantes.
    Tac, fait la bille du Destin, et je sens une caresse sur une peau offerte, miel d'une Flor qui vaut bien des trésors. Douce, douce Flor.

    RépondreSupprimer
  121. Doña Flor sans voix8 juin 2010 à 15:18

    Au Joker : chhhhhhhhhhhhhut.... Ecoute le silence.... Il parle mieux que nous......

    RépondreSupprimer
  122. A tous les valets, dames et rois de coeur...
    Je propose une soirée de speed dating amoureux, tous coups permis: Black Jack passionnel, pocker amoureux, Machines distributrices d'amour-toujours si les trois sept sont pour vous, roulette russe façon gitane... Rdv au casino des Trois trèfles, rue de la chance, station de métro Pic-carreau.

    RépondreSupprimer
  123. Miss Baraka, insolente et frivole, s'offrirait sur un plateau à quelque esprit aventureux qui tenterait de la saisir, à pleines mains, fut il bandit manchot ou petit coeur.

    RépondreSupprimer
  124. Doña Flor de la prolongacion9 juin 2010 à 15:25

    Et pourquoi pas un slow-dating dans un casino d'écriture où on jouerait ses mots à la roulette de l'imagination ? Je connais une gérante qui mise tout sur ses joueurs... Petits gagneurs s'abstenir.

    RépondreSupprimer
  125. "Banco" dit le Manchot, et de jouer des coudes pour etre à la table du chemin de fer des mots rebondis qui doublent la mise .... tchou tchou ! y'a t-il encore de la place dans le train des bûches où les jolies perles brillent au Baccara ?

    RépondreSupprimer
  126. Bille en tête
    A la roulette
    Couleur noire
    Ce sera elle
    Au 32 la bille s'arrête
    Regard passionné
    Alors je saurai l'aimer

    RépondreSupprimer
  127. Joli sabot de Vénus, cherche mélangeur endurant pour renouveler son quota de chance. Tricheur attendu de pied ferme.

    RépondreSupprimer
  128. Le Joker sans mot (quoique ...)11 juin 2010 à 04:21

    Tac, tac, tac ... telle la bille de nacre,
    ou est-ce boum, boum, boum ... comme un coeur qui bat ?
    Chhhhhhtttttt a dit la fleur,
    oooooops, fait il, repentant d'avoir tué le silence

    RépondreSupprimer
  129. Tactic, tactic, fit la bille fêlée qui roulait par hasard par là. Si le silence fait boum ! Autant lui remettre le baillon des mots à retardement.
    Et elle se cacha sous la cape du joker pour qu'il ne voit pas qu'elle virait pivoine.

    RépondreSupprimer
  130. Doña Flor après la sortie de l'école11 juin 2010 à 08:05

    Doux joker, nous nous oublions. Mes mots d'Ici étaient partis Ailleurs avec moi dedans, preuve que les mots ne sont jamais inhabités et que s'ils rencontrent d'autres mots habités, la collision peut-être explosive. La triche, le poker menteur, le pipeau du seringa, ce n'est pas pour nous. Dans ma tour d'ivoire, je ne vis pas seule. Dans mon coeur d'Ailleurs, il restera une bille logée en souvenir. P'têt une larme sur mon claviero.

    RépondreSupprimer
  131. L'Inconnu Mat ador(e) ... :)11 juin 2010 à 12:04

    Que c'est joliment dit et avec délicatesse !
    Pas de méprise, ni de mépris, ni même épris - je te rassure - sauf peut-être du chant des mots qui glissent et retient l'esprit... Merci pour ces sourires et cette joie de vivre, petite flamme bien vive et alerte. C'est un véritable plaisir, et tant pis si tu vires pivoine ou coquelicot, la grâce est là, vraiment .. et le jeu aussi (essentiel !).
    Chapeau bien bas, petite madame, tes proches ont bien de la chance.
    Bise, sur la joue ou sur le front, je te laisse le choix.

    RépondreSupprimer
  132. oui, mais encore ...11 juin 2010 à 13:26

    Au fait, sais tu qui je suis ?

    RépondreSupprimer
  133. Madama Pivoina11 juin 2010 à 16:09

    Bah, non. On se connaît, en fait ??

    RépondreSupprimer
  134. Dona Flor e seus tres maridos12 juin 2010 à 04:38

    Après réflexion, au Mat à mort :Qui tu es, je l'entrevois, reflet de mon reflet de ton reflet... Ami potentiel si affinités ??

    RépondreSupprimer
  135. la chance ne semble quère régner sur ces échanges d'un autre temps. On s'intterroge sur ces jeux sans autre carte que celle du langage. Faites rouler les dés. Changez de décor, cartes sales dans tripot enfumé, et lumière blafarde d'une nuit blanche. Et ne laissez pas la chance passer quand une dame aux lèvres rouges passe...Jouez gros. Sortez vos atouts, soyez sentimentaux, jouez et osez
    Un speed-dating est urgent. Sortez de l'anonymat ...chiche

    RépondreSupprimer
  136. OK, l'marquis et moi, on va aller dans une backroom du tripot, avec du velours rouge partout et des miroirs au plafond. On se désappe. Si au bout d'un moment, on vous appelle tous pour faire une belote, c'est que c'était de l'amitié.

    RépondreSupprimer
  137. Mat dit le Fou,12 juin 2010 à 11:39

    Au tricheur,
    ne pousse pas trop loin ton jeu, tu pourrais y laisser ta chemise : au mot te prendrai volontiers, juste pour voir où tu mèneras ton bluff, que ce soit tripot ou clandé, au jeu de la sur-enchère, je suis !

    A Doña,
    la potence est là et mène au ciel (aïe, l'esprit est faible), tout comme quelque affinité je crois ... Ok pour te suivre sous les miroirs, dans la chambre rouge ... mais je prends le pari que tu zappes qd tu verras la carte maitresse qui est encore dans mon jeu :)

    RépondreSupprimer
  138. Roxane, back again from Paris,12 juin 2010 à 11:46

    Un bijou se fait avec art et passion,
    Un jeu bien mené vaut par l'imagination
    Une rencontre peut s'improviser,
    Pas l'amitié ou plus si affinités

    RépondreSupprimer
  139. Au joker ombrageux : Quoique fleurette et aimant qu'on me la conte, je ne suis peut-être pas aussi impressionnable que tu le crois ; en outre, je n'aime que l'inhabituel. Pendue, corps ou tête, mais forte de ma fragilité, je le suis peut-être aussi :)

    RépondreSupprimer
  140. Chère Roxane, le début est un jeu de hasard. La suite, tu as raison, est à ciseler et ne dépend que de nous. Je crois que je te ressemble un peu.

    RépondreSupprimer
  141. Mat, sans issue de secours,13 juin 2010 à 01:38

    A la Doña qui mène le jeu,
    serais tu aussi le tricheur après avoir été jokeuse ? Jamais je ne voudrais te voir pendue, si ce n'est aux lèvres, peut etre aux basques de celui que tu auras choisi... la potence et le ciel si tu les réunis marquent ce qui en est de demain, fragile et si fort de promesses. N'y vois là qu'un jeu de mots, sans doute pitoyable... Quant à la carte maitresse que j'ai en main, elle ressemble à Roxane

    RépondreSupprimer
  142. Doña Flor effeuillée d'un coup13 juin 2010 à 02:33

    Alors là !!!! Chapooooooooooooo ! Telle est prise qui crut prendre 2 secondes Roxane !! Quelle leçon ! Je vais la méditer longuement, très ! J'en perds mes mots qui vont dans tous les sens, vite, donnez-moi un filet à papillons ! Et non, je ne suis pas le Tricheur. En fait, j'imaginais pire, tant mieux, contente pour toi. Explique mieux la potence, le ciel.... Ah la vache !

    RépondreSupprimer
  143. Joker dévoilé13 juin 2010 à 03:13

    Mathématiques capillotractées : potence + ciel = potentiel
    Ami potentiel si affinités ?
    deviendrai amie potentielle si affinités :)
    (je te retourne tes mots et souvient-en Roxane aussi un temps fut troublée ... la force des mots, c'est y pas beau ?)
    Belle journée à toi et au plaisir de te lire

    RépondreSupprimer
  144. La jokeuse, mâchoire encore décrochée13 juin 2010 à 03:41

    Moui, la force des mots, force de l'écriture conjuguée à la force de la lecture. Preuve une fois de plus que nos propres écrits nous échappent, qu'on ne sait jamais ce que le lecteur mettra ou trouvera dedans. Puisque nous aimons écrire, écrivons donc, toi, Roxane et moi un texte sur cette histoire.
    Par ailleurs, je crains que nous finissions par ennuyer nos lecteurs en envahissant ce blog. Il va falloir envisager un autre casino ? D'écriture ??

    RépondreSupprimer
  145. Je réponds bien (trop) tard mais tant pis, une question me brûle les lèvres : un bar bara ? Qu’est-ce donc que cela ? Vous espérez me faire boire pour voir clair dans mon jeu ? J’espère que vous avez d’autres tours dans votre sac pour me faire tomber à pique. Sachez que mon jeu est un art maniaque qui se suffit à lui seul.

    Je n’ai pas bien saisi non plus votre allusion au bras manquant… qu’est-ce que c’est que ce cirque ? Ne me faites pas porter le chapeau par peur que j’y pose des lapins.

    Bref… cela étant dit et au vu des cas rapaces assis ce soir à ma table, le joker a vu juste : je demande une alliance pour compléter ma main. Ainsi, nous vaincrons les macs à dames en les abandonnant sur les bas-côtés de la banque-route.

    RépondreSupprimer
  146. Roxane, mdr, elle aussi et un sourire "gros comme ça" accroché aux lèvres13 juin 2010 à 10:31

    Ravie qu'il y en ait au moins une qui se gondole ... ouf ! tu as bien le sens de l'humour présumé :)

    Et pour que la pièce s'achève sur un joli clap, il faudrait pour bien faire que les protagonistes s'affichent sur la scène de ce casino de l'imaginaire et donnent le salut à leur public joueur : toi, moi nous sommes dévoilées, Barbara aussi, Carmen sans doute... reste le Tricheur, qui jauge, mate et relance, mais sans pour autant se mouiller, parle sentiment sans en montrer l'ombre d'un et un/e Anonyme, trop tôt disparu/e (au gré de Roxane)... A moins qu'il n'y ait bientôt un rebondissement de dernière minute.
    Ciel ! mon mari était le mélangeur de cartes ;)
    à suivre

    RépondreSupprimer
  147. Roxane, laissant tomber la rime, pour goûter à l'escrime,13 juin 2010 à 10:49

    Cher Tricheur,

    toi qui sait si bien relancer et nous recommander de nous laisser aller encore plus dans les eaux troubles, de laisser fleurir nos sentiments, de saisir les lèvres charnues qui passent près de nous, dis voir, quelle mise de toi mets tu sur le tapis de nos émois ?
    "chiche" as tu écrit : alors vas y, je t'en prie : lieu et heure à ta convenance... je choisirai les armes, sans qu'elles ne deviennent larmes.

    RépondreSupprimer
  148. Jokeuse ex-Flor14 juin 2010 à 02:30

    De jokeuse à jokeuse : Dans la chambre rouge, à l'ombre d'une potence, nous avons entamé une partie. La terminerons-nous ? Si tu le souhaites, rendez-vous au prochain thème-arcane.

    RépondreSupprimer
  149. ex Joker en vadrouille15 juin 2010 à 04:05

    Banco !
    je suis ... histoire de voir le reflet dans les miroirs que nous avons invoqués :)

    Des news du Tricheur ?

    RépondreSupprimer
  150. Bah non. C'était pas toi ? Ou moi ? Ou Roxane ? Va savoir... Miroirs invoqués plutôt qu'évoqués ? Le choix du mot est intéressant.
    Je te préviens, le prochain thème sera plus sérieux... Quoique...

    RépondreSupprimer
  151. Jokeuse, amoureuse malgré elle,15 juin 2010 à 09:30

    Le prochain thème ? tu es donc au courant ... intéressant.

    Sinon, je n'ai pas l'âme du Tricheur : le Joker construit et adapte son jeu à l'autre pour le faire avancer, le Tricheur en général ne joue que pour lui ... bien sûr je ne demande qu'à être convaincue du contraire.

    Enfin, invoqués (actif) est plus amusant qu'évoqués (passif) et nous sommes dans une pièce qui s'écrit à plusieurs mains, si elles le veulent bien ;)

    RépondreSupprimer
  152. Jokeuse pas tout le temps16 juin 2010 à 04:43

    Jokeuse, joueuse, rieuse, généreuse, amoureuse... Mais un peu tricheuse quand même :)

    RépondreSupprimer
  153. Bien que j'ai les jetons, je cherche à rencontrer la jokeuse de mes rêves. Prête pour un strip-tease, plus qu'âme-y-call? Jokers s'abstenir.

    RépondreSupprimer
  154. Doña Flor Lapinos17 juin 2010 à 00:25

    A Barbara : Moi le lapin de ton chapeau, je te le dis tout net : Je ne veux plus que tu me poses tel un objet au tout-venant. Sache que je n'ai rien de commun avec mon cousin le lièvre, ce mari-couche-toi-là qui gît ici ou là pour un oui pour un non et ne sait ni partir à temps ni arriver au bon moment. Certes, je suis un peu chaud, mais c'est surtout du coeur et ma patte porte bonheur. Plutôt qu'on me la coupe, je préfèrerais que tu me la lises entre les lignes. Pour ce qui est de l'alliance, j'ai encore quelques réticences.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mme/Mr
      je suis particulier français,j'octroie de l'argent à toutes personnes sérieuses besoin d'avoir un prêt un prêt fiable et rapide à un taux forfaitaire de 2% seulement je suis prête à vous octroyer un prêt allant de 20000 à 1.000.000 € sur un durée de remboursement très abordable.pour cela vous qui êtes rejetés pas les institutions financière,vous qui avez le souci de rehausser votre chiffre d'affaire et de vous relancer dans vos projets financiers ne vous faites plus de souci.Pour savoir comment sa se passe contacter au émail: lange.alain1@laposte.net

      Supprimer
  155. Doña Flor de la Conversion en el desierto de los mecos17 juin 2010 à 01:19

    A Carmencita : Au strip-poker, pas de jetons. Prends garde à toi, le jeu commence : Première partie, c’est moi qui gagne, ta mantille tombe et je te vois. Deuxième partie, ton œillet rouge entre mes dents, mes cheveux noirs sur ta peau blanche, tango des cartes, je mène la danse ! A la troisième, plus de chaussures, tu as les yeux plus grands que les pieds ! Sur ce constat, tout s’accélère, corsages défaits, jupons qui glissent…. Pour la dernière, on (se) fait la belle.

    RépondreSupprimer
  156. Jokeroxane, très guillerette,17 juin 2010 à 05:44

    A Jokeuse, Jokeuse et demie

    si cela te chante, je serai un tout petit peu tricheuse ... mais n'oublie pas que Joker n'est rien sans la main d'un autre JE/U et qu'il ne vaut que pour la valeur que l'autre lui accorde ....
    euh, qui a dit chicaneuse aussi ?
    Ah oui, pour être Tricheur, il faut sans doute être mâle-honnête également ... mais que dire du côté féminin de Don Pedro Cojones, le vrai, que Roxane espère bien croiser un jour ... au fond, il n'y a que les lumière des yeux dans les yeux, ou le son d'une voix en écho à une autre qui imposent la règle de la Vérité.

    Aujourd'hui 17 juin : épreuve de philo ;)

    RépondreSupprimer
  157. Carmen telle Eve cachée sous sa feuille de vigne, poétesse plume à la main17 juin 2010 à 09:12

    A Doña Flor de la Conversion en el desierto de los mecos ...

    Quitte à faire la belle, j'accepte l'effeuillage. N'importe que ce soit en passant par un oeillet ou par des feuilles de rose, pourvu qu'il n'y ait pas (plus) d'épines.
    Floralement bien à toi.

    RépondreSupprimer
  158. Doña Flor définitivement convertie au langage des fleurs17 juin 2010 à 15:22

    A Carmen, poétesse bucolique et biblique :

    Faire catleya avec toi au jardin d'Eden loin des cactus et au rythme troublant de ta poésie fleurie me rend toute chose.

    Pivoinement tienne.

    RépondreSupprimer
  159. Don Pedro Cojones atteint jusques zo coeur !18 juin 2010 à 01:21

    A Roxane

    Oh la, ma Dulcinée ! Oserais-tu douter,
    Alors que tous mes vers sur toi je les misais,
    De ma flamme virile et de l'unicité
    De mes deux cojones ? Adieu, pique brisée
    Je m'en vais à jamais pleurer nos amours mortes
    Ou peut-être, qui sait, frapper à d'autres portes.

    RépondreSupprimer
  160. Roxane à Don Pedro le bien nommé18 juin 2010 à 04:27

    Arggghhh ! tu me condamnerais si vite à l'oubli,
    Toi que tous mes sens appellent désespérement ?
    Vite, redresse ta pique, mon fier ami,
    Mains, lèvres, ou mieux un buisson ardent n'attend
    Que toi pour accéder au paradis des glands !
    Alors, beau mec, joueras tu dans la cour des grands ?
    :))

    RépondreSupprimer
  161. Le Joker, horrs la main,18 juin 2010 à 04:42

    A Roxane,

    Franchement, ma chère, je ne vous voyais pas si dévergondée, à courir les cojones ainsi !
    Il y a là de quoi virer coquelicot, main rouge, impair ... passe ou pas ? Je laisse à Don Pedro Cojones le soin de décider et me contenterai pour ce jeu là du rôle du croupier qui a les jetons.

    RépondreSupprimer
  162. A Doña Flor,
    pourquoi choisir une fleur sans parfum au jardin d'Eden, alors que mille saveurs pourraient enchanter tes sens ? L'oeillet ou la rose, je comprends, la pivoine aussi et sa fragrance légère mais le cattleya ! Quitte à froisser, que la fleur de frangipanier soit de la partie ou alors celle d'oranger qui sied dit-on aux jeunes épousées ...

    RépondreSupprimer
  163. Doña Flor en pleine floraison18 juin 2010 à 13:38

    Chèr(e) (e, je pense) Anonyme, je ne sais si la fleur des dieux ou celle des vierges timides conviennent à des belles-de-nuit au ras-des-pâquerettes promptes à se jeter dans des gueules-de-loup pour une verge d'or ou des feuilles de rose - quitte à ce que ça se termine par une giroflée - mais ta pensée est délicate et me touche, car je suis aussi une sensitive.

    RépondreSupprimer
  164. A la Pudica sensitive,
    une Giroflée dis tu ? Te voici héroine,pas sans atout, manipulant les phéromones, avec comme unique objet de ton désir un Elixir qui se complait à jouer avec qui sera Féline ... Voilà qui vaut mieux qu'une main marquée .

    RépondreSupprimer
  165. Ame romantique20 juin 2010 à 22:31

    Bille en ivoire,
    Roule dans l'espoir
    Un jour de le voir
    Nourrir notre histoire
    Ou être à moi pour un soir

    RépondreSupprimer
  166. Le Gland promis22 juin 2010 à 10:15

    A Roxane-Scratch : Ta constance me touche. Mais étant idéal, je ne pourrai t'appartenir qu'au Paradis des écureuils. Peut-être devrais-tu miser sur un gland plus terrestre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais ! je veux m'élever :)

      Supprimer
    2. Bonjour Mme/Mr
      je suis particulier français,j'octroie de l'argent à toutes personnes sérieuses besoin d'avoir un prêt un prêt fiable et rapide à un taux forfaitaire de 2% seulement je suis prête à vous octroyer un prêt allant de 20000 à 1.000.000 € sur un durée de remboursement très abordable.pour cela vous qui êtes rejetés pas les institutions financière,vous qui avez le souci de rehausser votre chiffre d'affaire et de vous relancer dans vos projets financiers ne vous faites plus de souci.Pour savoir comment sa se passe contacter au émail: lange.alain1@laposte.net

      Supprimer
  167. Roxane, bien malgré elle, met les voiles et23 juin 2010 à 01:15

    Ah non ! cher Gland "promis" ... ce n'est plus Roxane-Scratch à ce stade, mais bel et bien Roxane scracthée, écrasée, anéantie : pas de Cyrano, plus de Don Pedro Cojones, Anonyme aux abonnés absents ... bref, un désastre total, morne plaine, Waterloo, la Bérézina et j'en passe... la fosse des Mariannes à elle seule ne saurait contenir son chagrin.
    Roxane fait donc retraite et s'en va sauver ce qui lui reste de dignité : adieu glands, mains pleines, atouts dévoilés, roue du hasard et blufs sans substance !

    RépondreSupprimer
  168. A Roxane : Que je veux te dire Ah ! Que coucou ! Que si y'a pas tous les mots dans mon dico y'a le feeling avec tout ce qui faut et que je sais rien dire aussi et ça c'est pas tout le monde !

    RépondreSupprimer
  169. Martine, dame à carrreau,23 juin 2010 à 05:35

    pfffttttt ! envolée la dame au zoli sourire. reste pus qu'sa copine Martine. Qu'elle est pas zun canon, sait causer que dalle, mais sait bouger comme il fôt qd il fôt .... et pis, elle, elle aime bien les zolis momes sans culture pourvu qu'ils aient du c... et les mains pleines de chance, na !

    RépondreSupprimer
  170. Martingale du soir24 juin 2010 à 11:27

    Fine mouche se mêlerait à pique assurée pour construire piquemouche gagnante à tous les coups.

    RépondreSupprimer
  171. Diamant à monter,26 juin 2010 à 05:44

    Coeur solitaire cherche pique sans encombre pour mise au vert sur le tapis de nos amours

    RépondreSupprimer
  172. Malchanceux chronique, pêchant par excès de prudence et incapacité de bluffer, cherche sa bonne étoile qui saura lui faire décrocher le gros lot.

    RépondreSupprimer
  173. Bonjour Mme/Mr
    je suis particulier français,j'octroie de l'argent à toutes personnes sérieuses besoin d'avoir un prêt un prêt fiable et rapide à un taux forfaitaire de 2% seulement je suis prête à vous octroyer un prêt allant de 20000 à 1.000.000 € sur un durée de remboursement très abordable.pour cela vous qui êtes rejetés pas les institutions financière,vous qui avez le souci de rehausser votre chiffre d'affaire et de vous relancer dans vos projets financiers ne vous faites plus de souci.Pour savoir comment sa se passe contacter au émail: lange.alain1@laposte.net

    RépondreSupprimer

Prenez l'inspiration et rédigez ici votre petite annonce amoureuse.