mercredi 19 août 2009

Concours : Kâma Sûtra sentimental

A l’heure de la soi-disant libération sexuelle, il se pourrait que nous soyons toujours des infirmes sentimentaux ? Et pourtant quelle jouissance de dire « je t’aime ». Tentons cette révolution qui serait de tomber amoureux souvent de l’autre, proche ou non ! Osons dire « je t’aime » même si demain est sans retour ! Même si on se l’est déjà dit. Pour se transcender.  

Ecrivez des annonces aussi coquines que déjantées, à faire rougir, jouir
Des annonces kitschs, romantiques ou franchement trashs 

Postez vos annonces, nous publierons les plus surprenantes… 



27 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. Virus cherche relation pandémique, à la folie, passionnément.
    Sans protection.
    Porcs s'abstenir.
    A.

    RépondreSupprimer
  3. Hypocondriaque recherche virus pour répandre maladie d'amour.
    S.

    RépondreSupprimer
  4. Musicienne très bien notée cherche chanteur possédant bel organe pour duo rythmé, expérience en musique de chambre souhaitée ainsi qu'une forte aptitude à l'improvisation.

    RépondreSupprimer
  5. suicidaire cherche corde sensible

    RépondreSupprimer
  6. SKISS joli modèle aux lignes courbes cherche mateur d'art pour ébauche de débauche.

    RépondreSupprimer
  7. Icare cherche paire d'elles ne craignant pas le soleil pour conquérir le septième ciel.

    RépondreSupprimer
  8. Aviateur en mal de vol libre cherche hôtesse de l'air du temps pour planer à contre courant.

    RépondreSupprimer
  9. skipper à voile et à vapeur, déçu par morue, cherche beau Omar qui en pince pour lui ou belle Marine qui le remontera dans ses filets. Limande s'abstenir.

    RépondreSupprimer
  10. Réponse à fredaine :
    Grand musicien à la voix singulière ( de type vaginal) te chanterait des hosanna, te murmurerait des caresses lyriques inattendues si tu es prête à faire des gammes et à jouer de toutes tes cordes littéraires. Réponds-moi.

    RépondreSupprimer
  11. Réponse à bruno

    Petite cochonne sans anti-corps n'utilisant jamais de préservatifs sentimentaux veut bien partager toutes les maladies amoureuses de type : désirs , obsessions , jalousies…Etc

    RépondreSupprimer
  12. réponse à Wagner...
    Alleluia (de Haendel), ces promesses me laissent sans voix, j'espère que Wagner ne me joue pas du pipeau! Question technique je maîtrise toute la gamme, à toi de choisir le tempo, j'ai hâte d'entendre ton vibrato que je réhausserai si tu permets de quelques trilles, tellement plus subtiles que les tremolo. Laisse-moi te mener à la baguette, pianissimo puis crescendo, à nous la subtilité de l'émotion dans l'interprétation de cette merveilleuse partition. Réponds-moi!

    RépondreSupprimer
  13. Mélo-man assiterait Wagner et Fredaine en live.

    RépondreSupprimer
  14. réponse à Mélo-man:
    réféchissons à l'agrandissement de notre formation, souhaitons étudier votre candidature, veuillez développer vos talents particuliers, afin de vérifier que votre répertoire concorde bien avec notre programme.
    Crains que Wagner n'aie certaine réticence à se faire voler la vedette mais semble à bout de souffle... ne suis pas opposé à trio en canon, assurerait l'ostinato.

    RépondreSupprimer
  15. Chère Fredaine,
    Sur un piano à queue, te propose, un bel canto avec des "je t'aime" inédits. Eternelle idole, je me mettrai à genoux pour entendre ce chant unique qui semble le tien. Et prenons un assistant souffleur.....afin de faire entendre au plus grand nombre l'aigu de nos voix sentimentales dans la surdité ambiante.

    RépondreSupprimer
  16. Mon cher Wagner
    Séduite par tes mots art, mon Don giovanni, te décerne sans conteste le premier rôle. Fais-moi me pâmer sous l'air de ta flûte enchantée, te susurrerai celui de la reine de la nuit et m'appliquerai pour que cet opéra ne finisse qu'au jour annoncé.
    Magicienne ensorcelée par tes caresses atonales envoûtantes, tes doigtés impromptus me font succomber d'envie. Mêlons nos cors, trompettes sonnantes, à l'unisson, d'un même diapason. Laissons porter nos soupirs en proie au sortilège d'une tentation hors gamme, dans une harmonie déjouant les lois de l'acoustique, nous moquant des règles de la métrique. Te signerai autographes à volonté sur l'épiderme de tes désirs inassouvis dans un mouvement chromatique ascendant continu jusqu'aux transes vibratoires où la pulsation s'emballe, au brio d'un finale que l'on ne pourra que bisser.

    RépondreSupprimer
  17. Divine Fredaine, mutine Diva…Auriez-vous entendu ce chant qui résonnait cette nuit dans Venise déserte ? Quelques notes rauques et plaintives…Fredaine seriez vous en train de me détourner d’Iseult par ce griffonnage sublime ?

    RépondreSupprimer
  18. Opéra cherche orchestre pour jouer toutes partitions, en vue immédiate petite musique de chambre. Chevauchée des Walkyries possibles.

    RépondreSupprimer
  19. réponse à anonyme:
    Ne joue que la grande musique des "Vaille qui rit"

    RépondreSupprimer
  20. Anonyme accepte de jouer en orchestre de chambre la grande musique des "Vaille qui rit", lors d'un "week-end à Rome, tous les deux sans personne". Propose aussi une collaboration avec "Petite musique de nuit" pour une "après-midi de faunes" et en dimanche après-midi, après une "Nuit magique" pour plonger dans ton regard, histoire d'un soir, mais sans trop y croire... quoique peut-être...?

    RépondreSupprimer
  21. Je rêvais de Venise et de liberté mais pour un WE de mille et une nuits, pas une de moins, vous suivrai à Rome. Vous propose une sonate au clair de lune dans le songe d'une nuit d'été. Vous prêterai ma plume, mon Pierrot lunaire pour puiser à l'encre de mes yeux une nuit transfigurée. Et dans l'écho d'une résonnance qui retentira longtemps vous ferai oublier toute raison en ce matin suréalistement réel.

    RépondreSupprimer
  22. Venise sur la lagune un soir au clair de lune, oui, mille fois oui. Pour chercher ensemble dans le fond de ses eaux la petite sirène scintillante de sequins argentés qui allumera dans nos yeux la petite flamme de cette nuit magique.

    RépondreSupprimer
  23. J'accepte de m'ancrer dans tes yeux, de suivre tes cils faunes et fées à la fois. Dans Venise déserte, dans Venise la rouge je serai pour toi Simbad et Shérazade, l'amour et la mort, le sexe et les mots. Dans ma peau au clair de lune, tu verras tout l'éclat de la sirène que je cache en moi. Ensemble, pendant 1001 nuits, perdons le files des quartiers de la lune, ne remarquons ni ses absences ni son sourire, perdons-nous dans une nuit magique qui fera de Rome, de venise, de la lagune des lieux de notre histoire sensuelle... Toutes mes caresses verbales et mes amitiés troubles, Anonyme

    RépondreSupprimer
  24. réponse de Colombine
    Pleine lune et peine perdue, je suis allée à Venise le temps d'une nuit. J'ai plongé dans le noir amoureux et murmuré ton nom. Je l'ai chanté sur une piazza déserte. Anonyme, j'ai fermé les yeux en attendant de sentir tes mains sur mes hanches. Des mains anonymes. Des lèvres anonymes. Le temps du plaisir

    RépondreSupprimer
  25. Tu étais allongé sur le dos. Moi aussi et j’entendais ta respiration s’apaiser. Je me disais que tu allais vite perdre conscience et me laisser. Seule dans le noir, mon esprit qui résiste, les yeux clos et les minutes qui filent. Seule près de toi malgré moi. Avec des idées fixes, avec mes idées noires. Mais tu as étendu le bras sous le drap. Vers moi sans crier gare doucement rapidement. Tu as attrapé ma taille, j’ai été happée. Par toi. Tu m’as allongée et tu m’as déposée, sur toi. Nos deux corps collés, l’un sur l’autre, l’un à l’autre. Emboités parfaitement. J’embrasse le paradis. J’embrassais. Je t’embrassais. Et tes mains étaient là. Douces, présentes. Elles conversaient avec moi, câlines et rassurantes sur ma peau en émoi. Tu t’assoupissais parfois. Quelques secondes d’absence dans ton hyper présence. Après, tu revenais. Toujours ces gestes. Doux infiniment. Et je laissais l’inconscience venir car j’avais confiance en mes rêves.
    Ecoute-moi, je n’ai jamais oublié. J’ai au creux des bras toute la tendresse que tu m’as donnée cette nuit-là et qui m’a manqué toutes les autres. De mon enfance à aujourd’hui, aucune main ne m’a réconfortée comme les tiennes. Je m’enlace de mes deux bras, je me caresse le dos et je t’aime irrémédiablement.

    RépondreSupprimer
  26. Gaspard de la nuit13 janvier 2011 à 01:49

    Manchot obsédé cherche main baladeuse et frénétique pour satisfaction immédiate et poisseuse.

    RépondreSupprimer

Prenez l'inspiration et rédigez ici votre petite annonce amoureuse.